Aller au contenu principal

« Vous avez dit un mois de mai chaud et sec ? »

Baptiste Arnaud, président du Syndicat des irrigants individuels

Le premier comité départemental de l’eau de l’année s’est tenu fin avril. Il faisait état d’une situation tendue et de prévisions préoccupantes pour le mois de mai notamment s’annonçant plus chaud et sec que la normale. Qu’en est-il selon vous ?

Effectivement, même si on sait que la météo n’est pas une science exacte et qu’il ne s’agit que de prévisions, c’est l’exemple qui confirme la règle. Depuis fin avril il est tombé près de 200 mm d’eau à la station d’Aulnat et largement plus en zone de montagnes. Peut-être que selon les statistiques cela reste encore inférieur aux normales de saison et assez inégalitaire selon les secteurs mais on peut tout de même reconnaître que le mois de mai n’a pas été aussi catastrophique que ce qu’on nous annonçait. L’été n’est pas passé bien sûr, attendons de voir mais espérons qu’il soit aussi chaud et sec que le mois de mai annoncé…

 

Le passage en vigilance, alerte ou crise se fait en fonction de seuils bien précis, à l’inverse, il n’existe pas de seuil à partir desquels on pourrait stocker ? Votre position sur le sujet ?

Effectivement les seuils sont là pour règlementer les choses mais pourquoi ne pas réfléchir aussi à une logique inverse à savoir lorsque le cours d’eau dépasse un seuil élevé, pouvoir stocker la ressource sans préjudice voire éviter les débordements et même des inondations beaucoup plus graves. Le week-end du 13 et 14 juin le débit de l’Allier a grimpé à 900 m3 par seconde. Ne pourrait-on pas stocker au-delà d’un certain cubage déterminé scientifiquement ? Aujourd’hui ça déborde par endroits dans les parcelles des agriculteurs et encore une fois, on regarde la ressource passer.

 

Dans son édito 2020, le Président de la fédération de la pêche 63 dénonce les choix de l’agro-industrie illustrée par la maïsiculture en termes de gestion des sols et de l’eau. Qu’avez-vous envie de répondre ?

À l’heure où l’Etat nous demande de travailler sur un projet territorial de gestion de l’eau (PTGE) qui se veut transversal, pour tous les usages, comment travailler ensemble demain si les points de vue sont aussi obtus ? Aujourd’hui, la fédération départementale de la pêche représente plus de 20000 passionnés. Beaucoup d’entre eux sont conscients du manque d’eau et suivent notre logique de stockage. Guy Godet, leur Président, est-il encore un représentant légitime ? Nous regrettons cette absence de compréhension qui freine des évolutions bénéfiques pour notre département alors qu’ailleurs en France les projets avancent. Pour autant, des projets ont vu le jour, validés par l’administration et nous gardons espoir que la dynamique perdure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole