Aller au contenu principal

Commerce Kazakhstan
Voir ce qu’il y a de mieux… et peut-être acheter

Mercredi 5 octobre, dans le cadre du Sommet, une délégation du Kazakhstan s’est rendue à Saint-Alyre-ès-Montagnes pour « voir et toucher » de la salers.

Les Kazakhs découvrent la salers chez Maryse et Dominique Bafoil.

Au Sommet de l’élevage, la délégation Kazakh n’est pas venue pour faire du tourisme. Ce groupe de 25 personnes, essentiellement des éleveurs, était là pour investir dans la génétique allaitante française. Enfin, peut-être. Car avant de signer, les Kazakhs demandent à voir. Ils ont vu et ils ont mitraillé avec leurs appareils photo. Tout: les vaches salers bien sûr, leurs veaux, mais aussi les pâtures, les paysages, les bâtiments, le matériel,… Même les éleveurs Maryse et Dominique Bafoil, qui recevaient le mercredi 5 octobre la délégation du Kazakhstan sur leur exploitation, ont dû se plier au rituel photographique. Et répondre aux nombreuses questions, techniques surtout : le nombre de vêlages, le pourcentage de césariennes, le taux de croissance des veaux, le protocole de déclaration des naissances et des saillies, le plan d’accouplement, la gestion des pâturages…

Evidemment, l’organisation de cette visite d’exploitation située à 1h15 de Clermont-Ferrand et à 1300 mètres d’altitude ne doit rien au hasard. L’objectif des professionnels de l’élevage français est de convaincre pour mieux vendre. « En venant à Saint-Alyre, les Kazakhs ont traversé des paysages un peu similaires aux leurs et ils se sont rendus compte que nos animaux s’adaptent à des conditions d’élevage parfois difficiles, relève Francis Manhès, président de l’Association pour la promotion et l’expansion de la race salers. Nous voulons leur prouver que la salers peut se faire une place dans leur pays. »

«Dans un salon, il est difficile de se faire une idée, les Kazakhs pourraient penser que nos animaux bichonnés et cajolés ne sont pas faits pour eux, poursuit Albert Merlet, président de Races de France. Là, en montagne, ils peuvent imaginer nos races dans leurs troupeaux. Nous avons les programmes génétiques, nous le disons et nous voulons le démontrer.»

Imaginer nos races allaitantes au Kazakhstan demande cependant un petit effort tant leurs structures sont différentes des nôtres : si chez nous, une exploitation de taille honorable comme celle des Bafoil compte 88 vaches mères et 170 hectares, au Kazakhstan, on parle de dizaine de milliers d’hectares et de milliers de têtes de bétail. « Ils ont le gigantisme mais tout est à construire et ils ont besoin de tout, intervient Albert Merlet. De semences, d’équipement, et surtout de génétique. C’est un peuple ambitieux qui veut investir dans l’élevage pour devenir autonome et pour exporter de la viande et du lait. »

Retour sur l’exploitation de Dominique et Maryse Bafoil. Alors que le départ est imminent (voilà quand même deux heures que la délégation occupe les lieux), les éleveurs-investisseurs Kazakhs demandent à visiter les bâtiments. L’un d’entre eux parle déjà d’acheter une dizaine de taureaux français pour un centre d’insémination. Un autre confie qu’il va réfléchir. « Je suis intéressé pour essayer de la salers par insémination, rapporte ce propriétaire de 35.000 ha, dont 1 500 ha de terres cultivables. J’ai découvert que la salers est élevée dans des conditions climatiques proches des nôtres, mais elle est plus grande que nos races et je voudrais l’utiliser pour améliorer mon cheptel. Il n’est pas exclu par la suite qu’on achète des génisses… »

Plan quinquennal

L’une des rares femmes de la délégation est directrice de Kazagro marketing, une structure rattachée au ministère de l’Agriculture Kazakh et chargée d’accompagner la modernisation des élevages. «Notre gouvernement a mis en place un programme national sur cinq ans pour soutenir la production de bovins viande, explique-t-elle. Dans le cadre de ce plan qui a démarré cette année, nous allons acheter des produits génétiques et aussi des animaux vivants. Je suis en France pour voir ce qu’il y a de mieux et pour communiquer ce que j’ai vu aux éleveurs Kazakhs et aux autorités. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole