Aller au contenu principal

Viande bovine: Didier Guillaume tape du poing sur la table

"Personne ne peut durablement poursuivre une production qui, à chaque kilo produit, lui coûte de l'argent au lieu de lui permettre de vivre décemment", indique le ministre de l'Agriculture dans un communiqué en date du 4 mai.

Didier Guillaume lors du dernier Sommet de l'Elevage à Clermont-Ferrand.

« Je réunirai dans les jours qui viennent l'ensemble des acteurs de la filière » de la viande bovine, annonce le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume dans un communiqué. Le but de cette réunion, en pleine polémique sur les prix payés aux éleveurs : partager des données officielles (consommation, exports, abattages, stocks sur pied en élevages) et « voir comment la transparence, et les efforts faits par chacun des maillons de la chaîne, auront comme conséquence une meilleure répartition de la valeur ». « Stop à la baisse injustifiée de la rémunération de la production », lance le ministre. Didier Guillaume fait sienne l'analyse de la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA), en dénonçant le paradoxe entre la hausse de la consommation, notamment de viande hachée, et la baisse des cotations entrées abattoirs. «Cette mécanique perdante n'est ni admissible, ni soutenable pour les éleveurs, comme pour toute la filière viande française à très court terme», estime-t-il. En référence au travail mené par l'interprofession Interbev, le ministre considère que « mieux évaluer la part du prix payé par le consommateur sur le steak haché qui revient à l'éleveur devient (...) un enjeu majeur ».

Des résultats sur le coût de production du steak haché attendus le 11 mai (Interbev)

Guy Hermouet, président de la section bovine d'Interbev, «espère avoir les résultats dans dix jours» du travail en cours sur le coût de production du steak haché, a-t-il annoncé à Agra Presse le 30 avril. Lancé avant les Etats généraux de l'alimentation, ce chantier visant à apporter plus de transparence a été remis au goût du jour par la crise sanitaire du Covid-19. La consommation de steak haché a explosé depuis le début du confinement, à tel point que des morceaux "nobles", prioritairement destinés à la restauration, ont été transformés en haché. Ce phénomène a aggravé le déséquilibre de valorisation des carcasses, la viande pour haché étant payée moins cher. Dans un communiqué du 4 mai, le ministère de l'Agriculture rappelle que le steak haché représente 70% de la valorisation d'une carcasse. «Nous avons besoin de revaloriser la viande hachée», reconnaît M. Hermouet. «Mais ça ne veut pas forcément dire que le prix au consommateur va augmenter», prévient-t-il, plaidant pour une «répartition équitable de la valeur». «Nous voulons faire approuver ce travail par toutes les familles d'Interbev», indique cet éleveur, «et nous comptons si besoin sur le ministre pour jouer le rôle d'arbitre.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole