Aller au contenu principal

Fdpl 63
Vers un nouvel océan laitier

Le 2 mars, le conseil d’administration à Aubière a statué sur une myriade d’actualités laitières.

David Chauve, secrétaire général et Pascal Servier, président de la FDPL 63

Les producteurs veulent apprécier l’air du large, maintenant que les perspectives laitières ouvrent de nouveaux horizons. Quand la conjoncture se stabilise, les exploitations veulent ouvrir de nouvelles voiles… à moins qu’un orage menace pour certaines.

 

La fin d’un système, de nouvelles ambitions

Les récentes règles d’attribution de quotas gratuits à l’échelle du bassin laitier Auvergne-Creuse-Corrèze marquent en réalité la fin d’un système vieux de 28 ans. Dans trois ans, on en parlera plus, en tout cas pas de la même manière car il y aura probablement une transcription des volumes existants dans les contrats. « La FDPL a œuvré avec une politique volontariste d’installation et de développement pour préparer les producteurs à cette échéance » rappelle Pascal Servier, Président de la FDPL. « Nous devons développer un réflexe d’achat de quotas pour compléter les capacités de production puis transformer les kilos de lait en euros pour couvrir les investissements et pérenniser les exploitations ». La FDPL portera ses objectifs au congrès de la FNPL les 14 et 15 mars à Verdun.

Qui veut saborder les exploitations ?

Sans cesse, les producteurs doivent colmater les « voies d’eau » : baisses de prix unilatérales du prix du lait à la SLMA(1) ou à la laiterie Antoine Garmy, rupture de collecte de lait de chèvre, pression des laiteries pour signer des contrats alors que les négociations ne sont pas terminées, remise en cause des organisations de producteurs par les acheteurs alors qu’elles visent un traitement équitable des produc- teurs, remise en cause de la répartition de la plus-value issue des fromages AOP, place des vendeurs directs dans les contrats, relation entre les coopérateurs avec leurs administrateurs… David Chauve, secrétaire général de la FDPL, dresse le constat que «le réseau de la FDPL est très sollicité pour apporter un appui à toutes ces situations; nous mettons tout en œuvre pour parvenir à maintenir les exploitants à flot». Jean-Yves Ayel, membre du bu-reau de la FDPL, rajoute : «face aux contrats, attention aux dérives de l’esprit maquignon !». De plus, les interprofessions sont malmenées : « les éleveurs financent aux 2/3 un lieu de discussion où il est très dur de négocier, on ne peut pas continuer de cautionner une telle organisation si l’on n’est pas mieux respecté » affirme le Président de la FDPL.

Dresser la carte de la production laitière à l’Assemblée générale de la FDPL le 16 mars

Ce premier semestre 2012, la hausse de la production ne parvient pas à satisfaire une demande croissante en produits laitiers et une hausse des exportations. « L’évolution de la politique énergétique de l’Allemagne – 20% de maïs vont aux méthaniseurs- et nos conditions pédo-climatiques replacent nos régions au cœur de la production mondiale » observe Pascal Servier. La FDPL invite les producteurs de lait du Puy-de-Dôme à partager leur vision de l’avenir laitier à l’occasion de l’Assemblée Générale élective de la FDPL (à la Chambre d’agriculture à Aubière), le matin du congrès de l’UDSEA le 16 mars (qui aura lieu à Vetagro Sup, Marmilhat). A la présidence du Conseil Agricole Départemental Lait, la FDPL présentera son projet pour la production laitière puydômoise. Les administrateurs défendent une idée commune : «pour des exploitations rentables, capables de faire face aux risques, qui vivent de leur revenu et transmissibles».

 

(1) Société laitière des Monts d’Auvergne

Rendez-vous à l’Assemblée Générale de la FDPL

Vendredi 16 mars à 10h

Salle Sancy à la Chambre départementale d’agriculture à Aubière

Thème : «Projet de la FDPL pour la production laitière du Puy-de-Dôme»

L’après-midi, le congrès de l’UDSEA se déroulera à 14h à Vetagro Sup à Marmilhat.

 

Les modalités pour l’élection du conseil d'administration sont disponibles auprès de la FDPL au 04.73.44.46.90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole