Aller au contenu principal

Vers plus de produits alimentaires français dans les restaurant

La Fnsea 63 a rencontré ce lundi 3 février les signataires locaux de la Charte « Metro », pour un accroissement des approvisionnements des restaurateurs en « Origine France » et un retour de valeur aux producteurs.

Alt 1886 propose une démarche qui semble séduire Metro, mais ce rayon reste encore massivement pourvu de viandes étrangères, notamment sur le «piécé».

La Fnsea a signé officiellement une charte avec l’enseigne Metro le 28 janvier dernier. Cette charte a pour objet la valorisation de la production agricole française dans la restauration indépendante. Les signataires sont bien évidemment la Fnsea, mais également ses associations spécialisées (CFA, FNB, FNP, Légumes de France) pour l’amont, ainsi que les organisations représentant les restaurateurs (Umih, GNI, CGAD) et les PME (FEEF). La déclinaison départementale est d’ores et déjà amorcée.

Une délégation de la Fnsea, JA et des sections s’est rendue lundi 3 février à l’entrepôt Metro pour échanger sur la déclinaison de la Charte au niveau départemental. Si l’enseigne Metro est leader dans l’approvisionnement aux restaurateurs indépendants sur la région (seul entrepôt sur un périmètre de 150 kms), il reste nécessaire de travailler à davantage d’approvisionnements français.

Les responsables des rayons le confirment, seulement 60 % de la viande par exemple est d’origine française. C’est d’ailleurs pour améliorer ce ratio que la Charte a été élaborée.

Guillaume Hugon, directeur du site de Clermont, ambitionne à travers de cette charte, proposer de nouveaux produits, «si nous avons de quoi communiquer sur les produits locaux, les restaurateurs sauront se l’approprier et mettre cela à leurs cartes !». L’objectif de la démarche, rappellent les agriculteurs présents, «c’est de faire du gagnant-gagnant», que la relation agriculteur- metteur en marché – distributeur soit réussie. «L’écueil de la démarche serait de n’être que des faire-valoir, sans réel retour de valeurs aux producteurs», rappelle David Chaize, trésorier de la Fnsea 63 et responsable de la section bovine. La délégation composée de David Chaize, Baptiste Arnaud, Fabien Lenormand, Paul Bony, Noël Thuret, Cédric Giraudet, Gilles Vidal, Eric Germain a permis de discuter des déclinaisons possibles de la Charte dans une large partie des rayons (viandes, vins, légumes, céréales, lait). Alt 1886 et Montlait rencontreront prochainement Metro pour envisager une contractualisation. Concernant la viande porcine et avicole «nous mettrons les acteurs en relation, Cirrhyo et la filière volaille locale devraient être présents plutôt que des entreprises du Grand Ouest», expliquent Cédric Giraudet et Noël Thuret.

Pour que la Charte soit un succès, elle devra bien sûr s’accompagner de relations nouées au niveau local pour témoigner de l’engagement, des attentes et des propositions de Metro en matière d’approvisionnement d’origine France. Tout ceci reste à définir, mais «des indicateurs devront être trouvés comme l’accroissement des volumes origine France, des contrats intégrant les coûts de revient», rappelle Baptiste Arnaud. La Fnsea saura être un partenaire exigeant et demander des indications régulières sur l’évolution des approvisionnements français.

Des évènements seront organisés pour décliner cette charte et convaincre l’ensemble des restaurateurs à s’engager dans une démarche qui défend l’agriculture française et qui se veut rémunératrice pour l’ensemble des producteurs. Prochaine étape : la signature de la Charte départementale le 24 mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole