Aller au contenu principal

Rétropédalage sur la dénomination des viandes
Une provocation inacceptable pour les filières d'élevage

Au lendemain de la décision du Conseil d'État de suspendre le décret protégeant les dénominations des produits carnés, les organisations professionnelles d'élevage dénoncent une nouvelle tromperie des consommateurs et un coup porté à l'élevage. 

Au lendemain de la décision du Conseil d'État de suspendre le décret protégeant les dénominations des produits carnés, les organisations professionnelles (FNSEA, JA, FNO, FNEC, FNB, FNB, FNPL,CFA) sont abasourdies devant une telle décision et reprochent à Protéines France, à l’origine de ce recours, ce nouveau coup dur porté à l’élevage. Ce décret, en préparation depuis plus de deux ans par l’ensemble des organisations professionnelles agricoles avec les services de l’Etat, notifié et validé par la Commission européenne, avait finalement été publié fin juin 2022. « Sa suspension au motif que les entreprises n'ont pas le temps suffisant pour trouver de nouvelles terminologies pour vendre leurs produits nous sidère ! », expliquent-elles dans un communiqué de presse. D’autant que le texte permet aux entreprises d’écouler leurs stocks jusqu'en décembre 2023… Rappelons que ce décret qui interdit l’utilisation de dénominations traditionnellement appliquées aux produits carnés, telles que « steak », « jambon » ou « lardon » (…), avait même déjà été voté par la loi EGAlim 1 en 2018, avant d'être censuré par le Conseil constitutionnel pour des questions de forme. Et de s’interroger : « Quelles sont les véritables motivations de Protéines France ? Les conséquences sur l’élevage ont-elles été mesurées ? Cela est d’autant plus surprenant que des entreprises membres de Protéines France existent grâce à l’élevage, un débouché local, historique et croissant de leur production. L'État français avait non seulement l’objectif de combler un vide juridique, mais aussi d’apporter une information fiable au consommateur. Cette remise en cause d’une mesure de bon sens pour les filières et le consommateur est incompréhensible ! Dans un contexte où l’élevage souffre déjà d’une flambée sans précédent des coûts de l’alimentation animale et de la sécheresse, certains voudraient-ils la disparition de l’élevage en France ? Tromper les consommateurs et développer un marché des protéines alternatives en s’appropriant le patrimoine culturel bâti par les éleveurs et l'ensemble des métiers de la filière n'est ni loyal, ni acceptable et encore moins durable. Il faut que cela cesse au plus vite ! Si la demande des consommateurs pour des protéines végétales augmente, la réponse devra se faire dans un cadre clair d’étiquetage de l’origine et respectueux des dénominations ».

Nous attendons dorénavant qu'un cap très clair soit fixé par l'État : une mise en œuvre du décret avec une échéance très précise sans voie de contournement possible. Non seulement la souveraineté alimentaire est au cœur des enjeux, mais aussi l’emploi dans les territoires, la lutte contre le changement climatique et le rayonnement de la gastronomie française. Que chacun en prenne conscience !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole