Aller au contenu principal

Visite d’élevage
Une nurserie tout confort et fonctionnelle

A l’occasion des journées «bâtiment» organisées par la Chambre d’agriculture, le Gaec des Champs Plats a ouvert les portes de sa récente nurserie.

La nurserie peut accueillir jusqu’à 68 veaux. L’installation d’un distributeur automatique de lait permet aux éleveurs d’éviter la corvée des biberons.

Le 5 novembre dernier, les techniciens en bâtiment de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme ont donné rendez-vous aux éleveurs à Chaumont-le-Bourg. A l’occasion des journées «bâtiment», le Gaec des Champs Plats a ouvert les portes de sa nurserie.

Les deux associés, Jean-Luc et Dominique Bouchet, ont construit, en juin 2011, un bâtiment destiné exclusivement à l’élevage de génisses Montbéliardes. Equipé d’un distributeur automatique de lait, d’un brumisateur et de filets brise-vent, cette réalisation fonctionnelle a tout pour faciliter la vie des deux éleveurs laitiers. Ces derniers ont ainsi développé cette activité de production de génisses puisque la nurserie peut accueillir jusqu’à 68 veaux.

 

Une activité en plus

Au Gaec des Champs Plats, les éleveurs produisent 630 000 litres de lait et possèdent 100 Montbéliardes le tout sur une surface de 195 ha. En plein cœur du Livradois-Forez, les frères Bouchet réalisent également divers travaux forestiers.

Malgré tout, ils tenaient à développer l’élevage de génisses sans pour autant y consacrer plus de temps.

« Jusqu’ici, nous avons toujours élevé 4 à 6 génisses par an dans un coin de la stabulation. C’était du bricolage ! Rien n’était fonctionnel, on perdait jusqu’à 3 heures par jour à s’occuper des veaux. En 2011, mon frère et moi-même avons décidé de construire cette nurserie afin de développer l’activité et avoir un bâtiment fonctionnel » explique Jean-Luc Bouchet. Une activité qui permet aux Gaec d’obtenir un revenu supplémentaire.

Etant dans la zone AOP de la Fourme d’Ambert, les génisses se vendent facilement et jusqu’au prix de 1 600 € pièce. La nurserie leur permet, chaque année, d’élever jusqu’à 68 nouvelles génisses de 12 semaines. De cet âge jusqu’à 30 mois, elles sont placées dans un autre bâtiment puis vendues. L’année dernière, les frères Bouchet ont gardé 45 génisses pour renouveler leur troupeau.

Un bâtiment fonctionnel

Cette diversification occupe désormais une heure de leur temps dans la journée. Grâce à la nouvelle nurserie, les éleveurs ont facilité leur travail au maximum. Le bâtiment bi-pente de 13 mètres de large sur 25 mètres de long comporte 3 box paillés. Dans chaque box, ils répartissent les veaux suivant leur âge. A l’entrée, huit cases individuelles ont été placées ainsi qu’un distributeur automatique de lait (DAL). La machine délivre dans chaque box, les quantités de lait adaptées aux veaux munis de boucles électroniques. Ce mini tank maintient le lait à bonne température limitant ainsi les problèmes sanitaires.

Le bâtiment a certes été conçu pour être le plus fonctionnel possible mais aussi le plus sain. La charpente et la partie inférieure des longs-pans et les pignons sont en bois. La ventilation est assurée par un faîtage ouvert, des rideaux et des filets brise-vent enroulables. Du côté sud, l’ouverture du rideau est commandée par une sonde de température. « Le prix des filets est élevé mais aujourd’hui nous ne reviendrions pas en arrière. Ils permettent à l’air de circuler sans créer de courant d’air. Nous voyons une réelle différence puisque les veaux n’ont plus de problèmes pulmonaires» commente Jean-Luc Bouchet. L’installation d’un brumisateur permet en été d’offrir de la fraîcheur et de faire fuir les mouches. Un bâtiment réussi que les deux éleveurs comptent bien adapter de nouveau. Ils envisagent l’installation d’un plancher de paillage au-dessus du box central et la construction d’abris pour que les veaux puissent se cacher.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole