Aller au contenu principal

Une nouvelle page pour JA 63

Les Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme se retrouveront à l’occasion de leur assemblée générale, vendredi 6 mars, dans les locaux de la Chambre d’agriculture à Aubière.

« Et si les JA n’existait pas ? », c’est le thème choisi pour les échanges de l’après-midi. Pouvez-vous en dire un peu plus ?

J’entends encore trop souvent des personnes me demander « Et JA, ils font quoi ? », parfois même au sein de notre réseau. L’assemblée générale est le seul moment de l’année où l’on se retrouve entre adhérents et avec l’ensemble de nos partenaires. Nous pensons qu’il est profitable pour nous tous de revenir sur ce que fait la structure JA, concrètement et au quotidien. Suivre les comités hydrologiques, les cellules de déshérence ; participer au comité de pilotage des formations agricoles, organiser des événements, statuer dans les instances politiques pour faire valoir nos revendications, gérer les problèmes de foncier, définir les aides à l’installation, participer à l’écriture du plan stratégique français pour la nouvelle PAC, être présents dans des forums de l’orientation pour promouvoir les métiers de l’agriculture… Voilà des exemples, parmi tant d’autres, de ce que nous faisons quotidiennement !

Les corps intermédiaires sont un contre-pouvoir face à l’État, et plus que de s’opposer systématiquement à tout changement, JA est toujours force de propositions jusqu’à obtenir le meilleur consensus possible, et des accompagnements efficaces face aux évolutions demandées.

Le syndicalisme, JA et FNSEA, a fait ses preuves. Le débat constructif, c’est notre stratégie et l’assemblée générale est l’occasion de faire émerger des discussions entre adhérents et partenaires et des pistes pour construire nos positions futures.

Votre présidence de JA touche à sa fin, comment le vivez-vous ?

Après avoir passé tout ce temps à parler renouvellement des générations en agriculture, c’est à mon tour de me retirer. On adhére à JA que jusqu’à l’âge de 35 ans ; c’est d’ailleurs à mon sens la condition première pour garantir des idées et des positions jeunes dans les différentes instances ; c’est ce qui fait notre force. Malgré tout, je quitte la structure avec un peu de nostalgie.

J’ai fait mes armes à JA depuis 12 ans, d’abord adhérent passif je me suis ensuite impliqué dans les conseils d’administration d’organismes professionnelles agricoles. Puis j’ai tout naturellement eu envie d’en faire plus pour le collectif, d’abord en devenant administrateur à JA pendant de nombreu- ses années, jusqu’à endosser le rôle de président.

À JA, les jours passent mais ne se ressemblent pas. Ces dernières années m’ont beaucoup appris, tant professionnellement que personnellement. Avoir des responsabilités ça prend du temps mais c’est aussi très enrichissant. J’invite chacun à s’impliquer dans les OPA. Nos outils sont ce que nous décidons d’en faire et les places laissées libres dans les instances décisionnaires seront prises par d’autres personnes parfois très éloignées de nos courants de pensée. L’année 2019 nous a rappelé que nous devons garder nos instances de réflexion et de décision au niveau local. Participer aux prises de décisions reste le moyen le plus efficace pour faire entendre et respecter notre voix. J’espère que les jeunes prendront la mesure de ces enjeux. L’assemblée générale, en lien avec le thème choisi, sera l’occasion de s’en assurer.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
A Ardes-sur-Couze, Nicolas Buffay, éleveur allaitant, a saisi avec son objectif  la présence de cette colonie de vantours.
Le vautour aurait-il changé de comportement ?
Une centaine de vautours attaque mortellement des animaux vivants et en bonne santé dans le secteur du Sancy. Un comportement «…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole