Aller au contenu principal

Une nouvelle année pleine de projets pour l’agriculture biologique

Le Groupement Régional des Agriculteurs Bio d’Auvergne (GRAB) a rappelé, lors de son assemblée générale, la nécessité de fédérer les groupements départementaux.

Lors de l’assemblée générale du GRAB, de nombreuses inquiétudes ont été formulées au sujet de la fusion avec Rhône-Alpes.

La région Auvergne compte moins de 1 000 exploitations en agriculture biologique. Un constat amer qui n’est autre que le résultat «de l’abandon des politiques de développement et de soutien du Conseil régional et des Conseils généraux», selon le porte-parole du GRAB, Patrice Goutany. Lors de l’assemblée générale du groupement le 29 janvier, ce dernier a rappelé l’urgente nécessité pour les groupements de producteurs de poursuivre leurs actions de promotion, de développement et de soutien. « La coopération entre tous les acteurs est vitale et doit être renforcée. Sans cela, l’agriculture biologique régionale continuera de faiblir et perdra ses volontés propres. »

 

Une union, une force

Un esprit collaboratif déjà bien ancré au sein des groupements départementaux de producteurs. En 2014, chacun d’entre eux a développé une spécificité dont les résultats profitent à l’ensemble du réseau. L’organisation Bio 15 s’applique à la négociation des différentes aides locales allouées à l’agriculture biologique et informe les producteurs. Bio 43 développe quant à elle, un catalogue de formations régionales et Bio 63 constitue un réseau de fermes de démonstration à destination des professionnels. Des actions qui sont appelées à se poursuivre en 2015 voire même à se développer.

La promotion de l’agriculture biologique s’intensifie avec les «4 saisons de la Bio» qui reprend le concept de la manifestation « le printemps de la Bio » réalisée depuis plusieurs années déjà. Une mission de relation humaine est également en cours afin d’initier le rapprochement avec la région Rhône-Alpes. « Nous devons nous préparer, dès maintenant, pour faciliter la coordination entre tous les départements Auvergne et Rhône-Alpes le jour J » explique Patrice Goutany.

Responsabilités régionales

Le récent dépôt de bilan d’Auvergne Biologique a eu pour effet de donner davantage de responsabilités au GRAB, particulièrement sur la coordination des acteurs de l’agriculture biologique auvergnate. Un dossier lourd dont la prise en main n’est guère facilité. « Le Conseil régional nous a menacés de suspendre les financements qui nous sont désormais alloués pour ce volet si les résultats ne sont pas satisfaisants.»

Le GRAB a également en charge le Pôle Conversion Bio d’Auvergne dont il poursuit la construction à travers l’élaboration d’un parcours de conversion commun à tous les départements. Un site internet pour aider et faciliter les démarches des porteurs de projets est également prévu.

Du côté de l’appui technique, là aussi, l’organisation argumente ses offres. Le groupe maraîchage augmente le nombre de journées d’informations et de formations aux producteurs et porteurs de projets individuels ou collectifs. Il travaille en lien avec le lycée agricole de Marmilhat sur un projet expérimental sous serre. Le groupe arboricole suit cette tendance et s’ouvre à la production des petits fruits suite à la demande croissante des producteurs.

Un groupe céréales est en cours de constitution avec l’appui de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. A travers ce projet, le GRAB espère, d’une part, développer les relations entre céréaliers et éleveurs bio, et d’autre part, apporter une animation technique propre à la culture céréalière biologique.

L’année 2015 s’annonce donc chargée pour le GRAB, mais l’organisation place de grands espoirs dans la mutualisation des moyens des différents GAB d’Auvergne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole