Aller au contenu principal

Manifestation porcine
Une journée pour rappeler les engagements

Lundi 4 avril, les producteurs de viande porcine de la région Auvergne Limousin constatent que malheureusement l’accord interprofessionnel signé le 15 décembre dernier n’est pas respecté.

Depuis 4 ans, les éleveurs porcins connaissent de nombreuses difficultés. La majorité d’entre eux vendent à perte (environ 1.30€/ kg) et parallèlement le prix des céréales a presque doublé cette année, augmentant les charges de productions. Les conséquences ne se font pas attendre, depuis 5 ans le nombre de producteurs ne cesse de diminuer. Aujourd’hui, c’est environ 400 éleveurs en Auvergne qui sont en train de disparaître.

Pour sortir de cet engrenage infernal une solution s’impose à eux, valoriser la viande de porcs française à travers l’information aux consommateurs.

Sur le sentier des pourparlers

Le 15 décembre dernier, un accord interprofessionnel est signé entre les grandes familles industrielles et les producteurs. Dans celui-ci, il est demandé aux industriels d’inscrire, sur les produits transformés contenant plus de 50 % de viande de porc, l’origine de la matière première. Il est notamment demandé d’apposer le logo VPF (viande porcine française)afin que le consommateur identifie rapidement la provenance de la viande. L’engagement qu’ils avaient pris auprès des producteurs n’est aujourd’hui que très peu respecté. C’est pourquoi, lundi 4 avril, une dizaine d’éleveurs auvergnats et des représentants de la Frsea Auvergne Limousins ont manifesté.

La marche des éleveurs de porcs

C’est d’abord à Teilhede (63) devant les portes d’un salaisonnier que les éleveurs, suivis de Christian Guy (responsable de la section régionale porcine Auvergne et Limousin), expriment leur mécontentement. Ce dernier déclare : « Nous voulons démontrer par cette action que la mention d’origine de la viande n’a pas été posée. » A ce moment, les producteurs se disent prêts à s’entretenir avec le directeur de l’entreprise pour lui demander des explications.

Pendant cette réunion, un dialogue de sourds s’installe puisque le directeur nie être informé de cet accord.

Dans l’après-midi, des éleveurs viennent grossir les rangs et sont rejoints par Alain Robert. Ils se dirigent avec tracts et étiquettes en main vers les grandes surfaces. « L’intérêt de la manifestation c’est de prendre date, il y aura un retour dans un mois. » explique Alain Robert (président de

l’Union Régionale des groupements de producteurs Auvergne Limousin et membre de la section porcine de l’Udsea du Puy-de-Dôme) qui rajoute, par la suite, « nous sommes des fantassins, on va cogner à la porte ».

Les éleveurs collent alors sur tous les produits, dont l’origine de la viande n’est pas indiquée, des étiquettes avec la mention « Exigez VPF ».

Les consommateurs ont accueilli l’action avec intérêt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole