Aller au contenu principal

Une journée consacrée à l’installation pour ouvrir les portes de son projet

La journée d’information installation au Breuil-sur-Couze, organisée par la Chambre d’agriculture, a permis d’offrir les clés indispensables à la préparation de son projet.

À l’occasion de cette journée, les élèves des deux lycées agricoles ont pu rencontrer entre autres le Service de Remplacement, une association au service de leur future vie d’agriculteur.

La Chambre d’agriculture, en partenariat avec les lycées agricoles de Marmilhat et du Breuil-sur-Couze, a organisé dans les locaux de ce dernier une journée d’information sur l’installation. A destination des futurs porteurs de projet, cette manifestation avait pour but d’offrir des repères et des éléments indispensables pour affiner, orienter ou encore construire son installation. Les démarches, les personnes ressources, les dispositifs d’aides et d’accompagnements ou encore les associations de service étaient présents pour échanger avec les lycéens. Au-delà d’une pure manifestation studieuse, cette journée entrait dans un dispositif complet. Les élèves des deux établissements scolaires ont rencontré au préalable des agriculteurs sur leurs exploitations. Ils ont alors bénéficié d’un retour d’expérience à la fois sur leurs stratégies d’installation mais aussi l’orientation donnée à l’entreprise.


Ouvrir les fenêtres de son projet


La Chambre d’agriculture a fait les choses en grand. Ce mardi 9 avril à l’occasion de cette journée installation pas moins de 12 intervenants* ont apporté des éléments aux élèves. Répartis en six ateliers thématiques, ils ont distillé des informations à un jeune public. Le but de ces interventions étaient certes d’expliquer le rôle de la Safer, de retracer le parcours à l’installation ou encore d’expliquer pourquoi chiffrer son projet avant de rencontrer la banque ; mais surtout c’était l’occasion pour l’ensemble de ces professionnels de casser les idées reçues. À l’image de l’atelier « diversifier les productions et chercher la valeur ajoutée » où officiaient Martine Falgoux, conseillère en diversification à la Chambre d’agriculture et Cédric Dulier, conseiller technique en viticulture à Limagrain. Tous deux ont expliqué la nécessité de parfois varier les activités et ont donné quelques pistes de réflexion aux jeunes. La conseillère de la Chambre a expliqué à son public : « la diversification permet d’avoir accès à de la valeur ajoutée supplémentaire et certaines productions sont très bien accompagnées par des associations, des fédérations de producteurs… ».
Avec toute l’impétuosité de la jeunesse, les élèves ont laissé libre cours à leur avis et donné à entendre des commentaires du genre : « si l’exploitation de nos parents fonctionne dans l’état actuel des choses, pourquoi on en changerait ? » ou encore « si ça ne suffit  pas à nous faire vivre alors on agrandira en achetant du terrain ». Le débat une fois engagé, sont venues les questions de main-d’œuvre, de financement ou encore simplement de hasard « et s’il n’y a rien à acheter (ndlr : terrain) près de chez toi comment feras-tu ? » interroge l’intervenante.


« Formez-vous »


C’est d’ailleurs ce genre d’idées que veut combattre Baptiste Arnaud, 1er vice-président de la Chambre d’agriculture et responsable du pôle entreprise. Dans une allocution face aux élèves il a rappelé « oui il faut vous installer mais il faut avant toute chose s’armer ». Lui-même jeune agriculteur, c’est en connaissance de cause qu’il leur a intimé le conseil « d’aller à la rencontre d’autres exploitants, dans d’autres régions et même dans d’autres pays pour voir comment les choses se passent et revenir enrichi d’une nouvelle expérience. » D’innombrables éléments font la réussite d’une installation mais pour l’élu « la formation est la meilleure des clés ; formez-vous avant d’entrer dans la vie active car le temps alors vous manquera ».


Mélodie Comte


* Safer, RDI, Banque Populaire AuRA, Crédit Agricole Centre France, France Comptable Agricole, Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, Service de Remplacement, MSA, Limagrain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole