Aller au contenu principal

Une fusion pour dynamiser la filière lapin

Depuis le 1er juillet dernier, la filière lapin s’est dotée d’un nouveau groupement de producteurs né de la fusion de la coopérative Gelap-Union et de la Sica Lapins Sud Est (LSE). LAPALLIANCE est son nom.

Le marché du lapin est aujourd’hui déficitaire.

■ Les discussions sur un éventuel rapprochement des structures Gelap-Union et la Sica LSE ont débuté il y a près de 10 ans. Elles se sont réellement concrétisées il y a deux ans, suite à la dégradation du potentiel de production de chacun des groupements. « Il était temps pour nous de réfléchir à une solution commune qui permettrait de maintenir un potentiel de production de plus d’1 million de lapins par an, d’assurer des services et un suivi technique et sanitaire aux élevages, et de dynamiser la filière dans son ensemble » explique Fréderic Douce, responsable du groupement LAPALLIANCE. La fusion s’est donc imposée rapidement aux deux groupements dont l’activité était « encore stable mais fragile ; il fallait anticiper avant qu’elle ne périclite définitivement… ». Lors de leurs assemblées générales respectives les 19 et 20 juin derniers, Gelap-Union et la Sica LSE ont donc entériné leur rapprochement au profit de la Sica LAPALLIANCE. Le nouveau conseil d’administration est constitué de 10 administrateurs issus à parité du Gelap-Union et de LSE (ils détiennent ensemble 60% du capital), et d’un représentant de Sanders, des Etablissement Ribot (84) et de Palmid’or (71)(40% du capital) (ndlr : Allier Volaille et Sédivol ne sont pas au conseil mais sont partenaires du groupement).

Le président est Francis Giraud (ex-président de LSE) et le vice-président Jean Biberon (ex-président du Gelpa-Union). « Cette composition de l’actionnariat permet d’avoir l’ensemble de la filière amont-aval autour de la table ; chacun peut ainsi s’exprimer et cela favorise une relation plutôt partenariale que de “ fournisseur à client” ». Le responsable de LAPALLIANCE insiste aussi sur le fait que la fusion a été conduite de manière à ne pas détruire les liens qui existaient entre les producteurs et leurs outils. «Nous avons gardé ce qui faisait la force des deux groupements »

Renouveler les générations et garantir un revenu

Les missions prioritaires du nouveau groupement sont de maintenir le potentiel de production, renouveler les générations de producteurs et travailler sur une contractualisation tripartite entre producteurs, fabricants d’aliments et abattoirs, qui tienne compte des coûts de production. « Car si on veut accompagner et installer de nouveaux éleveurs, la production de lapins doit être rentable et stable. Notre objectif à travers cette contractualisation est donc de garantir un revenu à ceux qui produisent aujourd’hui et ceux à venir » précise Frédéric Douce. Et le challenge n’est pas impossible puisque le marché est aujourd’hui déficitaire, « il manque près de 15 000 lapins/semaine dans le grand sud-est et 6 à 7 000 lapins/ semaine dans le nord de la zone pour répondre à la demande des abattoirs qui attendent davantage de marchandise locale » explique le responsable de la Sica. Il y a donc de la place pour davantage de production et de producteurs. Le groupement travaille sur ce point avec l’interprofession régionale cunicole sur une communication ciblée sur les lycées et collèges : présentation du métier «pour faire tomber les préjugés », distribution de clef USB avec des informations sur l’élevage et la filière ; contacts avec des établissements bancaires pour travailler ensemble sur la contractual- isation et actions auprès des chambres d’agriculture afin qu’elles reconsidèrent davantage la pro- duction de lapins comme une production à part entière.

LAPALLIANCE en chiffres…

47 éleveurs répartis sur les territoires Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne et Occitanie.

85% d’éleveurs en Auvergne Rhône-Alpes et 15% en Bourgogne et Occitanie

420 cages-mère est la taille moyenne des élevages

60% des élevages de lapins sont en production principale sur les exploitations

Siège social : 26 400 Crest. 04.75.25.47.93. sica26400@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole