Aller au contenu principal

Une dégradation généralisée en 2016

À la veille des États généraux de l’alimentation, la publication des comptes de l’agriculture fait figure de piqûre de rappel sur la situation particulièrement dégradée des revenus agricoles.

Dans le secteur animal, qui a subi globalement une baisse des prix, les exploitations laitières sont les plus affectées.

Tout le monde s’y attendait : les résultats économiques du secteur agricole français en 2016 sont particulièrement mauvais. Le compte 2016 provisoire de l’agriculture, que l’Insee a présenté à la Commission des comptes de l’agriculture de la Nation qui s’est tenue le 6 juillet, confirme cette dégradation. Selon l’institut de la statistique, le résultat net par actif non salarié en 2016 est en retrait de 21,9% par rapport à 2015. Quant à la «valeur ajoutée brute de la branche agricole » (y compris les subventions) par actif agricole (salarié et non salarié), elle a baissé de 8,4 % en 2016 par rapport à 2015, selon l’Insee. Un recul très marqué, alors que ce taux était positif sur les deux dernières années. Désormais, c’est ce critère économique que l’Insee met en avant car c’est celui retenu par Eurostat pour pouvoir comparer les résultats du secteur agricole entre États membres.

Une chute de 37 % de la valeur des céréales

Une fois n’est pas coutume, ce sont les productions végétales qui ont été les plus affectées (-8,7 % en valeur) l’an passé en raison de la baisse des volumes, même si les productions animales n’ont pas été épargnées (-4,3%) du fait d’une baisse des prix. On s’en souvient, l’année 2016 a été une succession de conditions climatiques désastreuses à chaque saison avec un manque d’ensoleillement et des excès de pluie au printemps, conduisant à des inondations spectaculaires, puis de la sécheresse en été. Tout cela a conduit à un recul de la production végétale en France de 9 % en volume, toutes cultures confondues. Ce sont les céréales qui en ont pâti le plus, avec une chute de 31,3 % de leur valeur, c’est-à-dire le chiffre d’affaires hors subventions. Le blé tendre a été la culture la plus pénalisée avec une valeur de la production en recul de 36,8 %. Après une année record en 2015, les tonnages produits se sont effondrés de 32 % par rapport à 2015 et de 24 % par rapport à la moyenne 2011-2015. À cela s’est ajoutée une baisse des prix (-7 %).

Une baisse de 14 % de la valeur du maïs

Le maïs a aussi vu sa valeur affectée durement (-14 %) en raison de la faible pluviométrie estivale conjuguée à une baisse des surfaces. La valeur de la production d’oléagineux régresse elle aussi (-10 %) en raison de perte de rendement, sans parler des protéagineux qui s’effondrent (-22,7 % en valeur) malgré une hausse des surfaces, mais les volumes de production ont été durement affectés par l’humidité et la pluviométrie du printemps 2016.

La production laitière en recul de près de 8 % en valeur

En productions animales, la production de lait et produits laitiers connaît un très fort décrochage envaleur (- 7,8 %) en 2016. La collecte de lait de vache fléchit (-1,5 %) et les prix continuent à s’enfoncer (-6,4 %). Les producteurs laitiers français subissent de plein fouet les conséquences d’un excès d’offre sur le marché européen alors que la demande chinoise s’est contractée et que le marché russe s’est fermé suite à l’embargo. La production de gros bovins se replie nettement en valeur (-3,4 %), le prix étant en net recul (-4,7 %) du fait d’un surcroît de vaches de réforme en lien avec les difficultés du secteur laitier. Les productions d’ovins-caprins et de veaux voient une très légère amélioration de leur valeur (+1,3 %).

La production porcine se redresse

La valeur de la production avicole se réduit, elle, aussi nettement (-5,3 %). Pour les volailles, la production poursuit sa baisse en valeur (- 5,7 %), du fait des conséquences directes et indirectes du premier épisode d’influenza aviaire. Même constat pour la production d’oeufs dont la valeur ajoutée est en retrait de 4,3 %. Seule la production porcine connaît une hausse significative en 2016, avec une valeur en progression de 3,8 %, les cours ayant entamé un redressement à partir de juin 2016, soutenus par la demande chinoise qui prend le relais du marché russe, désormais fermé pour cause d’embargo depuis janvier 2014.

Les agriculteurs freinent leurs investissements

Dans ce contexte économique très instable et surtout incertain pour l’avenir, les agriculteurs continuent à ralentir leurs investissements (- 2,8%) alors qu’ils avaient déjà baissé de 3,1 % en 2015. Dans le détail, les investissements en bâtiments se redressent légèrement (+ 0,8 % en volume) après la forte baisse en 2015 et retrouvent le niveau de 2012. En revanche le marché du matériel agricole se détériore en cours d’année, aboutissant à une forte baisse tant en volume (- 5,7 %) qu’en valeur (-4,9 %).

Les dépenses en intrants en recul de 3,6 %

Les dépenses en intrants ont aussi reculé (-3,6 %) en raison à la fois d’une moindre consommation en volume (-1,5 %) et du recul du prix (-2,2 %). Cette baisse de la dépense en intrants est particulièrement marquée pour les énergies et lubrifiants (-7,5 %) et pour les engrais (-3,9 %) du fait du recul du prix des produits pétroliers, et pour les aliments du bétail (-4 %) du fait de la baisse du prix des céréales.Concernant l’alimentation animale, les achats aux fabricants d’aliments diminuent en valeur de 8,1 % en 2016, conjuguant une baisse des volumes de 4,3 % à une baisse des prix de 4,0 %. La facture en tourteaux de soja et colza suit la même tendance, avec un recul de 12 % en 2016, tirée vers le bas à la fois par les volumes (- 6,5 %) et les prix (- 5,9 %).


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole