Aller au contenu principal

Une cigarette auvergnate pour sauver la Seita de Riom

Les salariés de la Seita de Riom épaulés par les producteurs de tabac du Puy-de-Dôme et les buralistes, projettent de produire une cigarette auvergnate.

La production de tabac d’Auvergne-Rhône-Alpes suffirait largement à couvrir les besoins d’une cigarette régionale.

Depuis l’annonce de la fermeture de leur usine en novembre 2016, les salariés de la Seita de Riom du groupe Impérial Tabacco essaient, par tous les moyens, de sauver leur outil. Le 20 juin dernier, ils ont déposé, auprès de la direction du groupe, leur projet de Scop avec un business plan sur 5 ans. A l’intérieur, plusieurs propositions pour relancer l’activité de l’usine et notamment celle un peu “folle” de produire une cigarette auvergnate.

 

Production et transformation locales

On connaissait les « locavores » et bientôt on connaîtra peut-être les locafumeurs ! C’est bien ce qu’espèrent les salariés de la Seita de Riom. Si leur projet de Scop voit le jour, ils fabriqueront une cigarette 100% régionale. Produite et transformée dans la grande région Auvergne-Rhône-Alpes, elle aurait le don de contenir plus de tabac que d’additifs. « Une cigarette sera toujours nocive mais on peut en diminuer la toxicité et surtout établir une meilleure traçabilité. Aujourd’hui, on sait très peu de choses sur les tabacs utilisés par les grands groupes (pesticides, métaux lourds). Si notre projet voit le jour, les tabacs de nos produits seront français et régionaux » explique Stéphane Allègre, représentant syndical. Cette idée les salariés ne l’ont pas eu seuls. Ils se sont rapprochés des tabaculteurs du Puy-de-Dôme ainsi que des buralistes dès le début de l’affaire. « Ils ont proposé spontanément de rassembler l’ensemble des acteurs de la filière pour parler de son avenir. Il était inconcevable de ne pas répondre positivement à cette démarche. On est à 200% avec eux» affirme Jean-Louis Duron, président du Syndicat des producteurs de tabac du Puy-de-Dôme.

Après plusieurs rencontres et soirées à débattre, c’est ensemble qu’ils développent jusqu’à la rendre concrète l’idée de la cigarette auvergnate.

Possible et réalisable

Une idée loin d’être vide de sens. En France, plus de 40 000 tonnes de tabacs sont fumées chaque année et seul un quart est produit dans le pays. Le marché existe donc bel et bien, tout comme la production et les outils.

Jean-Louis Duron l’assure, le tabac cultivé dans la grande région Auvergne-Rhône-Alpes suffirait à la fabrication d’une cigarette régionale. « Le Burley et le Virginie sont les deux variétés présentes en Auvergne avec une dominante pour la première. Pour répondre aux besoins de la fabrication d’une cigarette régionale, il nous suffirait de réorienter notre production, trouver quelques producteurs supplémentaires et surtout nous rapprocher des tabaculteurs de l’Isère qui cultivent essentiellement du Virginie. »

Côté fabrication, Stéphane Allègre est également confiant.

L’usine de Riom est équipée de plusieurs machines dont certaines sont uniques en France. «Nous sommes les seuls à pouvoir faire du tabac tubé. » Si le tonnage, le mélange et plusieurs étapes de la fabrication restent à définir, le projet est réalisable et a de grandes chances de conquérir les consommateurs selon les buralistes. Cependant, il ne verra le jour qu’uniquement si Impérial Tabacco accepte de sous-traiter une partie de sa production à la Scop.

Plusieurs conditions

La reprise de l’outil par les salariés permettrait de sauver 180 emplois (sur 239) mais le projet de Scop et de cigarette auvergnate n’est réalisable qu’à deux conditions : « Impérial Tabacco doit nous vendre l’usine et les machines pour 1€ symbolique et nous sous-traiter la fabrication de 2 milliards de cigarettes. »

Le groupe semble enclin à accepter la première partie du projet mais bien moins la deuxième. La sous-traitance d’une partie de la fabrication n’est pas dans leurs objectifs d’après Stéphane Allègre. «La sous-traitance nous permettrait de poursuivre notre activité et surtout de renflouer les caisses de la Scop pour rendre notre outil autonome. Sans cela nous ne pourrons conserver qu’une trentaine d’emplois. » Surtout qu’une fois la Scop lancée, les salariés ne s’arrêteraient pas à la cigarette régionale. Conscients de la baisse de consommation de tabac à fumer, ils s’orienteraient vers d’autres dé- bouchés…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole