Aller au contenu principal

Caprins
Une chèvrerie au service de son éleveuse

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie et un local de transformation pour augmenter sa production de fromages et s’assurer aussi de meilleures conditions de travail.

A Sugères (63), Eugénie Schaff a construit une chèvrerie.

A 30 ans Eugénie Schaff a réalisé son rêve d’enfant. Après sept années en tant que cadre dans l’industrie agro-agroalimentaire, elle est aujourd’hui à la tête d’un troupeau de 36 chèvres dont elle transforme le lait quotidien. Près de Sugères, aux portes du Livradois-Forez, elle a d’abord rénové d’anciens bâtiments pour débuter son élevage avant de construire une chèvrerie et un laboratoire de transformation tout confort.


D’ingénieur à chevrière


Eugénie Schaff a abandonné son métier pour devenir éleveuse il y a deux ans.
Son projet de nouvelle vie démarre en 2018 avec la réalisation d’un Bac Pro CGEA puis la succession de plusieurs stages dans différentes fermes. «Je voulais apprendre le plus de techniques fromagères possibles». Elle acquiert ensuite un troupeau de chèvres Alpines, sélectionné dans les meilleurs élevages. Avec l’aide de son compagnon, elle transforme dans leur propriété un ancien garage en salle de transformation et en magasin. Les box à chevaux deviennent une chèvrerie. Durant presque deux ans, Eugénie travaille dans des conditions «peu confortables». Malgré tout, elle parvient à réaliser près d’une quinzaine de produits différents allant du fromage sec au frais en passant par le blanc. Elle développe rapidement sa clientèle lui permettant ainsi d’imaginer rapidement la construction d’une chèvrerie digne de ce nom.


Un bâtiment flambant neuf


Les travaux débutent en 2019 et se terminent l’année suivante en juin. La chèvrerie offre une superficie de 480 m2 dont 105 m2 de fromagerie.
Dans la partie élevage, un couloir d’alimentation central, suffisamment large pour accueillir un tracteur, permet de distribuer sans difficulté le fourrage. De chaque côté, 40 cornadis ont été installés. «Il y a 80 places en tout mais le bâtiment est dimensionné pour 70 chèvres maximum» explique Eugénie. Des abreuvoirs chauffants individuels ainsi que deux pouvant accueillir plusieurs animaux ont été disposés à proximité de la salle de traite. «Une fois la traite terminée, les chèvres pensent d’abord à boire. Les abreuvoirs chauffants permettent d’avoir une eau tempérée favorisant davantage la production.»
La charpente de la chèvrerie est composée de métal et de bois. L’éleveuse a fait ce choix mixte pour éviter le «positionnement de poteaux sur le quai d’alimentation». L’aération par le faitage et par des «fenêtres latérales» a été pensée pour être suffisante mais pas abondante. «Les chèvres sont très sensibles aux courants d’air.»
Sa nouvelle salle de traite permet désormais à Eugénie de traire 12 chèvres à la fois contre six. D’une heure de travail, elle est passée à 30 minutes lui laissant plus de temps pour la transformation.


Une transformation mieux maîtrisée


Du côté du laboratoire, la productrice de fromages a également pensé à tout. «Il y a eu beaucoup de plans différents.» Elle a simplifié son travail au maximum avec l’installation d’une cave d’affinage, d’un séchoir, d’un frigo, d’une laverie et d’un tank à lait. «Le lait de la traite arrive directement dedans. Je n’ai plus à promener les pots dans mon chariot !» L’atmosphère contrôlée et le matériel à portée de main lui permettent de travailler «toutes les technologies» sans être inquiétée. Plus que du temps de travail, Eugénie témoigne aussi avoir «gagné en productivité». De 26 chèvres l’année dernière, elle est passée à 36 animaux cette année et espère poursuivre dans cette voie.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole