Aller au contenu principal

Une bonne dynamique à préserver

Une quinzaine d’Auvergnats a participé au congrès de la FNO, la semaine dernière en Alsace. Si l’horizon semble plus dégagé pour la filière, certains dossiers restent encore épineux.

De gauche à droite, Xavier Beulin, président de la Fnsea, le ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll, Serge Préveraud, président de la FNO et Jean-Luc Chauvel, races de France.

Le congrès de la la Fédération nationale ovine (FNO) s’est ouvert dans un contexte plutôt favorable. Le prix de l’agneau reste relativement élevé et les aides ovines ont été revalorisées grâce à une enveloppe supplémentaire de 125 millions d’euros, obtenue par la FNO, auprès du ministère de l’Agriculture.

Les éleveurs ovins continuent de travailler sur le dossier stratégique de la relance de la production ovine. Le programme Inn’ovin, qui succède au dossier «Reconquête ovine» comprend quatre axes : le renouvellement des générations ; la performance technique et économique des élevages ; l’amélioration des conditions de travail et la contribution à l’innovation.

Lancé il y a quatre ans, le programme «Reconquête ovine» semble avoir porté ses fruits. Par exemple, en Auvergne, alors que depuis dizaine d’année, les effectifs de brebis chutaient, ces dernières années, ils ont tendance à se stabiliser.

Pac : « de la souplesse ! »

Pour autant, ces signes encourageants ne doivent pas occulter certaines difficultés récurrentes. Face aux difficultés de mise en œuvre de la Pac avec toutes les complexités liées aux déclarations, la FNO demande de la souplesse au ministère en cas de contrôles. Sur le dossier ICHN, même si l’Europe a définitivement statué sur le sujet, les éleveurs ovins déplorent la disparition du critère d’âge, qui va, selon eux, défavoriser l’installation. Autre dossier bouillant, celui du loup et de la prédation. Alors que 15 M€ sont consacrés chaque année à la protection de cette espèce, plus de 9 000 brebis ont été tuées sur 29 départements en 2014, une ampleur inégalée selon les termes de Serge Préveraud, président de la FNO. En effet, sur cette campagne… Sur cette campagne, seuls seize loups ont été abattus, alors que l’État et le ministère de l’écologie avaient autorisé le prélèvement de trente-six. Fort de ce constat, la FNO demande que l’objectif soit atteint.

Toujours sur ce dossier, la fédération souhaite une évolution de la convention de Bern, qui aujourd’hui protège le loup.

Table ronde

Si les éleveurs ovins se sentent parfois isolés sur leur ferme, ils participent à une dynamique collective forte. La filière ovine a en effet la pêche. Et quoi de mieux pour se projeter dans l'avenir qu'une table ronde sur la motivation et la réussite ! Pour qu'un collectif fonctionne, chacun doit faire son boulot et faire confiance aux autres, tel est le message de Vincent Collet, entraîneur de l'équipe de France de basket. Car contrairement aux apparences, «le monde agricole travaille et réussit grâce au collectif !», comme l'a rappelé Michèle Boudoin, secrétaire générale de la FNO. Le principal challenge de la filière, et de la profession, c'est la transmission des exploitations. Un point sur lequel, cédant et repreneur doivent faire preuve de beaucoup de psychologie, comme l'a souligné Gérard Baglin, coach sportif. «Une entreprise ressemble à son dirigeant». Le cédant doit accepter les changements et le repreneur doit faire preuve de respect pour le travail accompli.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole