Aller au contenu principal

Interview
"Une belle victoire pour la filière légumes"

Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.

Baptiste Arnaud, président de l'association 63 Saveurs.

Le projet Légumes de Limagne porté par 63 Saveurs est lauréat du plan France Relance. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?
C’est une grande satisfaction pour nous et pour l’avenir de la filière légumes dans le Puy-de-Dôme. Ce projet est né sur les cendres de la sucrerie Bourdon. Il a, au départ, été initié et porté par le syndicat JA 63 qui souhaitait proposer aux agriculteurs de la Limagne une alternative à la culture de la betterave sucrière. La chambre d’agriculture est ensuite venue en soutien, en mettant en place des moyens d’animation. Le dossier que nous avons déposé dans la cadre du plan France relance a également reçu l’appui de l’administration départementale et de la Préfecture. Tous ont cru au projet ce qui nous a permis d’émarger sur une enveloppe pourtant restreinte par rapport au nombre de demandes.


C’est donc un réel projet de territoire porté par 63 Saveurs ?
Effectivement c’est un projet qui s’inscrit dans les trois critères de la durabilité d’un territoire, à savoir : l’économie, le social et l’environnemental. L’économie car le projet apporte de la valeur dans les fermes ; le social car la filière nécessitera sans aucun doute de la main d’œuvre. Sur ce point nous avons tissé un partenariat avec le Secours Populaire pour notamment bâtir une formation et pouvoir ainsi proposer du travail à leur public sur nos fermes. Quant au critère environnemental, il est totalement coché via la proximité entre production, distribution et consommation.


Quel est le montant de l’aide de France Relance et de quelle manière sera-t-elle utilisée ?
Il y a un an lorsque nous avons déposé notre dossier auprès du Plan de Relance, nous avions budgétisé 1 million d’euros ; nous avons obtenu 443 000 €. Une partie de cette aide va permettre de financer l’étude de marché conduite par la CCI, portant sur le potentiel de débouchés dans le département : restauration hors domicile publique et privée, GMS et autres distributeurs. A partir de cette étude (résultat en février NDLR) et de la volonté de certains acteurs à travailler en proximité, nous pourrons ainsi mettre en culture en fonction de leurs besoins.  Et surtout, nous leur demanderons un engagement sur la durée et les quantités afin d’assurer les débouchés aux producteurs. C’est d’ailleurs ce que nous avons déjà entrepris avec l’enseigne METRO à Clermont-Ferrand où 63 Saveurs est désormais référencé. Les premières transactions de légumes avec ce distributeur professionnel ont débuté en décembre dernier. C’est un réel partenariat que nous avons tissé grâce, notamment, à la volonté du directeur, Guillaume Hugon, de proposer des produits locaux à sa clientèle.
Le Plan de Relance va ainsi nous accompagner dans le développement de la filière légumes en Limagne dont l’objectif sur 4 à 5 ans est de développer un chiffre d’affaires annuel de 3 millions d’euros sur une centaine d’hectares avec une centaine de producteurs. Aujourd’hui, 63 Saveurs regroupe 15 producteurs pour une quinzaine d’hectares, donc tout est à construire !


Des producteurs sont-ils prêts à se lancer dans le maraîchage ?
Oui, il y a notamment l’envie de la part de jeunes agriculteurs plutôt trentenaires de se lancer dans cette production. Notre objectif est de développer une offre de légumes assez large mais que chaque producteur se spécifie dans une ou deux espèces.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole