Aller au contenu principal

Congrès UDSEA
Une année 2007 marquée par des crises profondes

150 adhérents et invités se sont retrouvés vendredi dernier à Marmilhat pour participer au congrès annuel de l’UDSEA du Puy-de-Dôme.

Après un hommage touchant de la section des anciens agriculteurs à l'action de Michel Debatisse, le secrétaire général, Bruno Chaput revenait sur l'année syndicale écoulée. Que ce soit la crise des revenus des éleveurs ovins, la faillite des entreprises Toury ou la crise sanitaire liée à la fièvre catarrhale, la leçon de l'année dernière est que l'agriculture reste une activité fragile qui necéssite l'existence de politiques agricoles solides. En parallèle, Bruno Chaput dénoncait le comportement excessif d'une société aveugle aux enjeux agricoles, prompte à encadrer et contraindre l'agriculture de son pays sans en imaginer les conséquences. « Attention, certains producteurs tournent le dos au métier! » prévenait-il en dénonçant les excès réglementaires liés aux problématiques environnementales ou à la conditionnalité des aides.


Patrick Trillon
Le bilan de l'année écoulée et l'actualité en cours nous montrent qu'il faut arrêter les usines à gaz ! A peine l'application de la conditionnalité des aides PAC est-elle terminée que déjà se profilent la certification environnementale, les zones vulnérables, les réglementations sur l'eau, les nouvelles prescriptions sur les phytos... ça ne peut plus durer ! Les agriculteurs sont dégoûtés par cette remise en cause perpétuelle de leurs pratiques.

 

Ils ont dit...

- Sébastien Vidal, président de JA63
«Le poids des contrôles et des contraintes, et la pression mise sur les agriculteurs deviennent invivables».

- Gérard Renard, président de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme
«En tant que chef d'entreprise, l'agriculteur doit faire des choix lourds. Or, des décisions qui sont prises par d'autres, sur nous et sans nous, viennent remettre en cause ces choix. Il est temps d'ouvrir un vrai débat sur les missions et les moyens de l'agriculture».

- Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA
« Dès juin 2006, la FNSEA qui redoutait la reprise du feuilleton de l'été (ndlr : les destructions de parcelles OGM) avait alerté sur l'urgence de
légiférer sur la recherche. Au début du Grenelle de l'environnement, on s'acheminait tout droit vers la mise en place d'un moratoire dur sur les OGM. A la demande de la FNSEA, la loi de transcription de la directive européenne sortira avant le printemps prochain. Hier, le ministère de l'agriculture nous a confirmé que les discussions commenceront le 3 décembre prochain. Ce calendrier permettra d'éclaircir la situation en vue des commandes de semences de cet hiver et des semis de printemps».

Table ronde


Une PAC 2008 ambitieuse pour l'agriculture du Puy-de-Dôme


2008 sera l'année du bilan de la politique agricole commune. Les discussions à l'occasion de ce bilan pèseront lourdement sur les orientations de la nouvelle politique agricole de 2013. Quelle est le bilan de la PAC actuelle ? Quelle politique voulons-nous pour demain ? Les participants à la table ronde organisée par l'UDSEA n'ont pas ménagé leurs efforts pour faire partager leurs convictions au public.
Alexandre Gohin présentait un bilan positif de la politique actuelle en matière d'assainissement des marchés, à une époque d'excédents sur le marché européen, dans le début des années quatre-vingt-dix. En revanche, le chercheur de l'Inra de Rennes pointait deux échecs de la politique agricole. Tout d'abord, la Pac n'a pas été acceptée par l'OMC et n'a pas incité les Etats-Unis à revoir leur propre politique en vue des négociations internationales. Enfin, il dénoncait l'échec environnemental de la PAC. « En matière d'environnement, l'agriculture est attaquée de toutes parts parce que la PAC n'a pas fait assez dans ce domaine » analysait-il.
L'ensemble des participants ont plaidé pour une régulation forte des marchés agricoles permettant, comme l'a demandé Jacques Chazalet, « de garantir la sécurité alimentaire, de se positionner sur les marchés, de vivre du métier et de protéger les territoires ». Pour cela, Denis Guérin soulignait l'importance des politiques d'installation inscrites dans le cadre européen. «Les jeunes agriculteurs sont en phase d'investissements importants sur des exploitations de plus en plus lourdes à reprendre. Il est indispensable de développer dans la future politique agricole les dispositifs de soutiens à l'installation : prêts bonifiés, dotations ... ». Pour Pierre Pagesse, une régulation par des prix d'équilibre serait préférable aux politiques actuelles qui sont coûteuses en raison de la volatilité des prix des denrées agricoles. « pour 1% de déficit de production, les prix sont multipliés par trois. Il faut revenir à un système de gestion internationale qui permette aux agriculteurs de vivre par les prix... surtout avec 40 % du PIB mondial directement en relation avec l'agriculture » expliquait-il.
Revenant sur les débats de la table ronde, Michel Magimel, DRAF et DDAF du Puy-de-Dôme, proposait que se tiennent des refléxions communes sur quelques éléments importants pour l'avenir des agriculteurs d'Auvergne : conséquences d'un découplage total, avenir de la PMTVA, soutien aux élevages ovins, régionalisation, mutualisation et plafonnement des aides, place des systèmes herbagers hors zone Montagne, perspectives pour les zones céréalières de la région ...

Section bovine de l'UDSEA : La FCO inquiète

Les éleveurs de bovins allaitants de la section bovine se sont réunis avant le congrès.

Après l'annonce d'un cas de FCO dans le dé-partement du Puy-de-Dôme, sur le canton de Combronde, Christophe Ayral, directeur du GDS, faisait un point précis sur la situation de la maladie auprès des éleveurs. Il revenait également sur la maladie, les vecteurs, les symptômes, les précautions à prendre telles que la désinsectisation des animaux et les perspectives de vaccination en 2008. Guy Cassagne, directeur de l'EDE, est intervenu en faisant un point sur la commercialisation des animaux «près de 37 000 broutards mâles ou femelles restent à être commercialisés dans le département » expliquait-il.
Bruno Chaput membre de la section bovine, a rappelé les actions mises en place pour aider les éleveurs et notamment la collecte et l'acheminement des échantillons de sang sur les secteurs allaitants de la zone réglementée, pilotée par l'EDE. il ajoutait que lundi dernier, une réunion avait rassemblé les opérateurs commerciaux, l'EDE, le GDS, la chambre d'agriculture, le syndicalisme, le conseil général, le crédit agricole, tous conscients de la situation que vivent les éleveurs, et prêts à les soutenir dans cette crise. Il a clôturé cette section en rappelant que le congrès de la FNB se déroulerait à la grande Halle d'Auvergne les 13 et 14 février 2008.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole