Aller au contenu principal

« Un très mauvais signal pour la filière ovine »

Michèle Boudoin, Présidente de la Fédération nationale ovine

Le 14 décembre dernier, deux semaines avant l’ouverture des déclarations de l’aide ovine 2018, le ministère de l’Agriculture a convié l’ensemble des syndicats agricoles représentant la production ainsi que l’interprofession ovine à une réunion pour les informer de modifications majeures concernant l’aide ovine. Retour avec Michèle Boudoin.

 

Que vous a annoncé le ministère de l’Agriculture lors de cette rencontre ?

Le ministère nous a dévoilé les premières conclusions de l’audit diligenté par la commission européenne sur l’ensemble des aides couplées 2015 et 2016. Elles mettent en évidence de graves dysfonctionnements entre l’aide ovine appliquée en France et les règles européennes sur l’octroi des aides couplées. L’ensemble des aides complémentaires constituant l’aide ovine depuis 2015 seraient considérées par la commission européenne comme illégales ! Si ces premières conclusions sont confirmées, cela signifie que la Commission Européenne ne remboursera pas à la France le montant équivalent d’aides déjà versées aux agriculteurs en 2015, 2016 et 2017.

Le Ministère nous a affirmé que cette correction financière sera assumée à 100 % par l’État et non par les agriculteurs, bien que la commission ait la possibilité de l’exiger.

 

Quelles est la conséquence de cette décision ?

La conséquence majeure est la modification de l’aide ovine 2018. Les majorations commercialisation (majoration de 9€) et nouveaux producteurs (majoration de 6€) sont supprimées !

L’aide ovine 2018 sera uniquement composée d’une aide de base dont l’accès sera conditionné, comme c’est le cas aujourd’hui, par un nombre minimum de brebis (50 brebis) et un taux de productivité de 0.5 agneau vendu (la rétropolation est conservée).

Les premières estimations du ministère mettent en avant une aide de base unique pour 2018 d’environ 21€. A cela devrait s’ajouter les 2€ pour les 500 premières brebis. J’insiste sur le fait que ces montants sont purement indicatifs et simulés à partir des informations dont dispose le ministère en 2017.

Enfin, puisque les mauvaises nouvelles n’arrivent pas seules, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation nous a informés que le budget global dédié à l’aide ovine 2018 sera considérablement impacté par la convergence et le transfert du 1er au 2nd pilier. Notre enveloppe sera ainsi de 113,9 millions d’euros contre 119 millions en 2017 !

 

Comment avez-vous reçu ces annonces ?

À la FNO nous regrettons amèrement ces décisions ! Ces modifications sont un très mauvais signal pour notre filière. Alors que depuis plusieurs années, nous travaillons, avec l’aide des pouvoirs publics, à l’orientation de la production vers la performance globale des exploitations ovines pour rendre notre production toujours plus compétitive et performante, ces modifications viennent ruiner les efforts de professionnalisation de notre filière que nous mettons en œuvre depuis plusieurs années. Récemment, à Rungis, le président de la République demandait aux professionnels des filières agricoles de se tourner vers l’avenir. Dans ces conditions, quel avenir imagine l’État français pour la production ovine ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole