Aller au contenu principal

« Un très mauvais signal pour la filière ovine »

Michèle Boudoin, Présidente de la Fédération nationale ovine

Le 14 décembre dernier, deux semaines avant l’ouverture des déclarations de l’aide ovine 2018, le ministère de l’Agriculture a convié l’ensemble des syndicats agricoles représentant la production ainsi que l’interprofession ovine à une réunion pour les informer de modifications majeures concernant l’aide ovine. Retour avec Michèle Boudoin.

 

Que vous a annoncé le ministère de l’Agriculture lors de cette rencontre ?

Le ministère nous a dévoilé les premières conclusions de l’audit diligenté par la commission européenne sur l’ensemble des aides couplées 2015 et 2016. Elles mettent en évidence de graves dysfonctionnements entre l’aide ovine appliquée en France et les règles européennes sur l’octroi des aides couplées. L’ensemble des aides complémentaires constituant l’aide ovine depuis 2015 seraient considérées par la commission européenne comme illégales ! Si ces premières conclusions sont confirmées, cela signifie que la Commission Européenne ne remboursera pas à la France le montant équivalent d’aides déjà versées aux agriculteurs en 2015, 2016 et 2017.

Le Ministère nous a affirmé que cette correction financière sera assumée à 100 % par l’État et non par les agriculteurs, bien que la commission ait la possibilité de l’exiger.

 

Quelles est la conséquence de cette décision ?

La conséquence majeure est la modification de l’aide ovine 2018. Les majorations commercialisation (majoration de 9€) et nouveaux producteurs (majoration de 6€) sont supprimées !

L’aide ovine 2018 sera uniquement composée d’une aide de base dont l’accès sera conditionné, comme c’est le cas aujourd’hui, par un nombre minimum de brebis (50 brebis) et un taux de productivité de 0.5 agneau vendu (la rétropolation est conservée).

Les premières estimations du ministère mettent en avant une aide de base unique pour 2018 d’environ 21€. A cela devrait s’ajouter les 2€ pour les 500 premières brebis. J’insiste sur le fait que ces montants sont purement indicatifs et simulés à partir des informations dont dispose le ministère en 2017.

Enfin, puisque les mauvaises nouvelles n’arrivent pas seules, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation nous a informés que le budget global dédié à l’aide ovine 2018 sera considérablement impacté par la convergence et le transfert du 1er au 2nd pilier. Notre enveloppe sera ainsi de 113,9 millions d’euros contre 119 millions en 2017 !

 

Comment avez-vous reçu ces annonces ?

À la FNO nous regrettons amèrement ces décisions ! Ces modifications sont un très mauvais signal pour notre filière. Alors que depuis plusieurs années, nous travaillons, avec l’aide des pouvoirs publics, à l’orientation de la production vers la performance globale des exploitations ovines pour rendre notre production toujours plus compétitive et performante, ces modifications viennent ruiner les efforts de professionnalisation de notre filière que nous mettons en œuvre depuis plusieurs années. Récemment, à Rungis, le président de la République demandait aux professionnels des filières agricoles de se tourner vers l’avenir. Dans ces conditions, quel avenir imagine l’État français pour la production ovine ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole