Aller au contenu principal

Un seul mot d'ordre : manger du fromage AOP !

Conséquence des mesures de confinement, les consommateurs se sont rués sur les produits de première nécessité oubliant l'un des piliers du "manger français" : le fromage d'appellation d'origine contrôlée. Pour les professionnels, il est grand temps de les remettre au menu. C'est une question de survie pour toute une filière.

Les AOP fromagères une richesse gastronomique à préserver par temps de crise.

Dans son communiqué de presse du 23 mars 2020, le Conseil National des Appellations d'Origine Laitières (CNAOL) craignait un appauvrissement alimentaire des assiettes des Français. « Nous y sommes. » déclare Michel Lacoste, éleveur dans le Cantal et président du CNAOL. « Durant les premières semaines de cette crise sanitaire, les Français se sont détournés de nos fromages AOP, allant vers des produits utilitaires et de première nécessité. Pendant ce temps, nos entreprises laitières et producteurs fermiers, en capacité de produire, ne peuvent plus écouler leurs produits. Nous demandons des mesures d'urgences aux pouvoirs publics et appelons les Français à manger du fromage sous signe de qualité et à retrouver leurs habitudes alimentaires d'avant la crise. »

Fermeture de l'ensemble des débouchés

Essentiellement commercialisées sur le territoire national, les AOP Laitières (45 fromages, 3 beurres et 2 crèmes) sont orphelines d'une part importante de leurs débouchés commerciaux. Après la fermeture de la restauration hors domicile (5% des ventes des fromages AOP) le 15 mars dernier, ce sont progressivement les grandes surfaces (80%) qui ont fortement réduits, voire fermés les rayons à la coupe par manque de personnel ou par mesures d'hygiène. 38% des volumes des fromages AOP étaient commercialisés dans ce rayon. Puis, ce fut l'annonce de la fermeture des marchés, le 23 mars. Les commerces spécialisées et magasins de proximité dont les marchés (15%) ont une place privilégiée pour favoriser l'achat des produits laitiers sous signe de qualité. En quinze jours, les entreprises laitières produisant des signes de qualité ont enregistré de forte diminution de leur chiffre d'affaires.

Des commandes en chute libre

Selon les entreprises, les commandes ont diminué de 25% à 80%. Demain, ce seront les éleveurs laitiers qui jetteront leur lait, si rien n'est fait. Mercredi 25 mars, un conseil européen des Ministres de l'Agriculture s'est tenu. "Aucune décision, aucune mesure n'ont été prises pour soulager les entreprises laitières AOP composées de fromageries privées ou coopératives nationales, de PME, de TPE et d'ateliers artisanaux ou fermiers", déplore Michel Lacoste. Présentes sur tout le territoire, les AOP Laitières permettent pourtant de créer de la valeur ajoutée et de maintenir une activité économique dans les zones défavorisées. « Le Cnaol implore les Pouvoirs Publics de prendre en compte l'extrême fragilité des AOP Laitières et d'agir. Le Cnaol demande des aides urgentes au stockage des fromages, à l'écoulement des surplus vers les marchés secondaires et à la régulation des volumes de lait. Enfin, éleveurs, producteurs, fromagers et affineurs nous appelons nos concitoyens à manger du fromage pour qu'après le confinement la diversité fromagère soit toujours une réalité. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole