Aller au contenu principal

UDSEA 63 portrait
Un réseau efficace pour redonner des perspectives

L’année 2014 est une année de renouvellement des responsables dans le réseau FNSEA. A ce titre les réunions cantonales d’hiver donnent lieu à l’élection de nouveaux délégués, que nous vous proposons de découvrir, chaque semaine, à travers des portraits.

Cette semaine, portrait de David Chauve, nouveau responsable sur Ambert.

 

Qu’est-ce qui vous motive dans le rôle de délégué cantonal ?

C’est avant tout d'avancer collectivement. Il s’agit pour moi d’une priorité et un passage obligé pour l’avenir.La responsabilité de délégué cantonal est un moyen d’y participer car c’est lui qui fait le lien entre la base et les responsables départementaux ou autres avec qui les échanges doivent avoir lieu dans les deux sens. Le pouvoir ne se concentre pas uniquement à Clermont, Paris ou Bruxelles. Chacun, à son niveau, peut prendre part à la décision s’il le souhaite: il suffit de participer !

Pour ma part je me suis toujours impliqué dans des démarches collectives notamment auprès de la laiterie. Avec la réforme laitière et la création des OP, ces responsabilités ont progressivement pris de l’importance jusqu’à me confier la présidence de l’association des producteurs. Quand on est responsable d’une problématique même très locale, on se rend vite compte que pour être efficace et disposer des informations nécessaires, il faut avoir un réseau plus large. Pour preuve, le travail réalisé auprès de la Société Fromagère du Livradois pour faire face à la nouvelle donne laitière s’est fait en grande partie grâce au soutien, aux informations et aux moyens mis à notre disposition par l’ensemble du réseau Fnsea. Chaque bénéficiaire doit en avoir conscience.

Ainsi, devenir délégué cantonal d’Ambert est à la fois une suite logique à mon implication locale et un moyen d’être plus efficace sur le terrain.

De manière plus générale, c’est aussi savoir prendre à son tour ses responsabilités comme d’autres les ont prises à leur époque, car il parait à la fois naturel et important de préparer l’avenir des générations futures.

 

Quels objectifs vous êtes-vous fixés pour ce mandat de délégué cantonal ?

Avant tout de répondre si possible aux besoins et aux attentes des agriculteurs, mais aussi d’apporter un maximum d’informations localement pour redonner des perspectives et permettre à chacun de prendre ses décisions et d'adapter son système au monde de demain ; car chaque exploitation est un cas particulier. L’environnement agricole évolue de plus en plus vite et nécessite des remises en question permanentes. Il est nécessaire que chacun puisse en prendre conscience. On entend trop souvent dire “Je vais tout arrêter”. Notre métier n’est pas simple, les difficultés sont là, on en est tous conscients mais je ne crois pas que l’avenir soit tout tracé ailleurs non plus.

Parmi les défis de demain, l’un des plus importants pour l’avenir du métier sera de faire face au manque de main d’œuvre. Nous devrons être capables de faire franchir des paliers aux exploitations via la modernisation ou le salariat, afin que le métier soit mieux vécu. Certaines des solutions seront certainement à trouver localement.

Le secteur agricole a connu d’autres périodes incertaines, seuls ceux qui ont regardé l’avenir en face et avancé avec leurs idées sont encore là aujourd’hui : à nous de savoir collectivement ce que nous voulons…

Situation en bref

David Chauve installé à Ambert depuis 1999 en Gaec avec son épouse et l’aide de son père en retraite ; en production laitière 600 000 L livrés à la SFL (société fromagère du Livradois), sur 110 ha de prairies et maïs autoconsommés.

Président de l’Association des producteurs de la SFL.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole