Aller au contenu principal

Bovin Croissance
Un regard technique mais un regard neutre

Au-delà de la pesée, le contrôle de performance permet à l’éleveur de bénéficier de conseils éclairés « par un œil extérieur et neutre ».

Sylvain Heurtier et Pierre Blacher auprès de futures reproductrices.

Pierre Blancher est éleveur allaitant Charolais-limousin(1) à St Sylvestre Pragoulin. Il y a deux ans, il a choisi d'adhérer à la formule VA4 de Bovin Croissance.Obligatoire pour les sélectionneurs, cette formule est aussi ouverte aux éleveurs non inscrits qui souhaitent soumettre leurs animaux au contrôle de performance et bénéficier ainsi des conseils du technicien.
En inscrivant son cheptel charolais au contrôle de performance, Pierre Blancher bénéficie d'un suivi régulier des animaux et surtout, des conseils éclairés du technicien de secteur, spécialisé dans la race, Sylvain Heurtier. « J'avais besoin d'un œil extérieur pour améliorer la génétique de mon élevage et développer son potentiel de croissance ».
Sylvain Heurtier intervient à plusieurs reprises sur l'exploitation : une première visite pour définir le planning d'accouplement, une deuxième pour la pesée obligatoire assistée, une troisième en juin pour faire le tour des bê-tes ; en été une autre visite s'impose pour l'achat de génétique mâle et femelle, puis plus tard, pour un nouveau pesage (réalisé ici par l'éleveur), le pointage et la récolte des données en vue de l'indexation des animaux. L'analyse technique est réalisée sur la base des informations enregistrées sur le logiciel SIBOVAL. Chaque animal est suivi dès sa naissance et une fiche carrière lui est attribuée. Pour les mâles, les critères portent sur les facilités de naissance, le potentiel de croissance, le développement musculaire, squelettique et l'index de synthèse. Pour les femelles, le caractère allaitant, l'aptitude au vêlage et l'index de valeur maternelle sont les critères retenus. « Mais ce n'est pas l'ordinateur seul qui fait le travail! précise Pierre Blancher. Le conseil et la décision finale tiennent à l'œil du technicien». Pierre Blancher ne regrette pas le travail entrepris avec Bovin Croissance. « Tout seul, je progresserai moins vite avec, en plus, le risque de faire de mauvais choix. Et aujourd'hui, il ne faut pas se tromper. Il ne faut pas négliger le côté commercial avec des Italiens qui recherchent de plus en plus des animaux avec du potentiel de croissance ».

(1)180 ha, 40 ha de céréales, 100 vêlages (vêlages d'hiver pour les charolaises avec 50 % d'insémination), 150 UGB annuelle sur 2008, atelier poste sevrage engraissement porcs + fabrication d'aliment.

 

Avis de l'expert

Sylvain Heurtier, technicien Bovin Croissance

« Le contrôle de performance est un appui technique essentiel pour calculer la croissance d'un veau, les performances d'un père et d'une mère et pour travailler les objectifs de croissance. Et au final, c'est également un plus économique. » Sylvain Heurtier insiste aussi sur l'importance de « la position de neutralité du conseiller Bovin Croissance. Elle est de plus en plus sollicitée par les éleveurs qui veulent un avis différent de celui du commercial. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole