Aller au contenu principal

Foncier
Un rebond du marché auvergnat en 2011

Le marché foncier en Auvergne a progressé de 14,6 % en surfaces en 2011 avec des prix plutôt orientés à la baisse. Reprise durable ou simple sursaut ?

2008. Année de référence désormais en matière de mouvement du marché foncier, puis-que c’est précisément au cours de cette année, et durant les deux années précédentes que ce marché a reculé de 20 %. En 2010, 21.260 ha constituaient le marché de l’espace rural auvergnat. A l’heure de faire les comptes pour l’année 2011, les représentants de la Safer, réunis vendredi dernier en assemblée générale, avaient plutôt le sourire. Le marché a renoué avec la croissance, puisque les surfaces ont augmenté de 14,6 % en 2011 pour atteindre 24.368 ha. Pas de quoi cependant retrouver les niveaux d’avant 2008. Pas de quoi non plus «faire des plans sur la comète», les chiffres du premier semestre de 2012 affichant un nouveau recul de 12 %.

 

Des exploitations onéreuses

« Il est évident que la crise financière mondiale n’est pas à son terme et les difficultés successives rencontrées par les filières agricoles viennent perturber les marchés fonciers », a expliqué Gilbert Allard, directeur de la Safer Auvergne. Et d’estimer que « tous les éléments sont réunis pour que les marchés fonciers d’Auvergne restent instables dans les volumes commercialisés et les prix hectares constatés». L’année 2011 est venue confirmer certaines tendances, parmi lesquelles, la forte diminution observée pour les achats d’étrangers sur le marché agricole, mais aussi la mise sur le marché d’exploitations très importantes dont les prix oscillent entre 1 million et 3 millions d’euros. « La transmission de ces exploitations se révèle très difficile dans le cadre d’une exploitation familiale », a souligné Christian Liabeuf, président de la Safer. Ces transmissions demandent en effet plus de temps et le recours à de nouvelles compétences pour l’élaboration des projets, la recherche d’investisseurs ou encore la gestion administrative des dossiers.

 

Des prix variables

Globalement, depuis la fin de l’exercice 2008, les surfaces du marché agricole avaient chuté de 25 %. En 2011, ce marché a rebondi de 3.154 ha pour atteindre 16.650 ha. De 1998 à 2010, le prix moyen par hectare a progressé de 4.496 euros par ha à 6.742 euros par ha. En 2011, pour la première fois, la Safer Auvergne a constaté une baisse de prix de 7,4 % à 6.242 euros par ha. Si les prix sont orientés à la baisse en moyenne dans tous les départements, les situations sont très variables d’une petite région agricole à une autre. Dans l’Allier, par exemple, dans les trois zones où le système herbagé domine, une baisse de prix de 1 à 3 % a été constatée en 2011. Par contre, les prix du Val d’Allier ont progressé de 5 %, traduisant ainsi la forte concurrence sur les terres céréalières.

 

Baisse dans le Cantal après 15 ans de hausse

Dans le Cantal, pour la première fois depuis 1996, le prix moyen départemental baisse de 1 % à 6.070 euros par ha. Le prix progresse cependant de 3 % dans la PRA Cantal/Sud est Limousin et chute de 5 % dans la PRA Châtaigneraie-Bassin d’Aurillac où, traditionnellement, le prix est le plus élevé du Cantal.

En Haute-Loire, malgré une fermeture des marchés, une nouvelle baisse de 1 % du prix moyen (3.320 euros par ha) a été relevée. L’agriculture de ce département est très pénalisée par un parcellaire dispersé qui entraîne des coûts de production et de restructuration foncière exorbitants.

Dans le Puy-de-Dôme, après deux années de stabilité du prix moyen à 3.600 euros par ha, la Safer a obser-vé une baisse de 3 % de ce prix. Seule la PRA Dômes et périphérie et Cézallier sont en progression de 6 %.

 

Les missions de la Safer évoluent

Au service des agriculteurs, des forestiers et des propriétaires, la Safer oriente le foncier pour installer les jeunes agriculteurs, conforter des exploitations d'une surface inférieure à l'unité de référence départementale, améliorier et structurer le parcellaire, rechercher des apporteurs de capitaux et pour stocker et échanger des terrains... La Safer participe également au développement local en assurant notamment une veille foncière active pour les collectivités. Enfin, la Safer se veut au service des paysages en contribuant à la protection de la ressource en eau et en favorisant la préservation des espaces naturels sensibles, des sites naturels, de la faune et de la flore.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole