Aller au contenu principal

Un projet agricole régional partagé par toutes les familles

Les responsables professionnels d’Auvergne et de Rhône-Alpes viennent de bâtir les fondations agricoles de la nouvelle grande région en adoptant une feuille de route qui place l’agriculteur au centre des préoccupations de chacun.

Les élus professionnels d’Auvergne et de Rhône-Alpes réunis à Aubière pour bâtir une stratégie d’avenir.

 

Fort de plusieurs mois de travail, les représentants du monde agricole issus du syndicalisme (FNSEA-JA), du mutualisme (MSA-Groupama-Crédit Agricole), de la coopération et des chambres d’agriculture des régions Rhône-Alpes et Auvergne ont procédé, mardi à Aubière (Puy-de-Dôme), aux derniers arbitrages relatifs au projet agricole régional. Si les deux régions avaient, jusque-là, élaboré leur propre projet agricole régional, « il a fallu rebâtir une stratégie commune aux deux entités en conservant les grandes lignes qui avaient été dessinées en Rhône-Alpes et en Auvergne », explique Jean-Pierre Royannez, agriculteur à Alixan dans la Drôme et président de la FRSEA Rhône-Alpes.

Durant quatre heures, le projet a de nouveau été soumis à l’approbation de toutes les familles, donnant lieu à de riches débats. « La question du revenu et des prix ont été au cœur des discussions. Pour nous, il est impératif de remettre l’agriculteur au centre des préoccupations », témoigne Patrick Escure, éleveur à Arnac dans le Cantal et président de la FRSEA Auvergne.

 

Présentation officielle au Sommet

 

Le projet structuré autour des hommes, des produits et des territoires aborde donc évidemment la question clé du revenu, mais aussi la performance économique, l’installation et le renouvellement des actifs, la montagne, le foncier, l’environnement et la formation. « Toutes les forces vives de l’agriculture se sont accordées sur des positions communes qu’elles devront désormais portées », insiste Jean-Pierre Royannez. « Nous veillerons à ce que chacun respecte ses engagements », ajoute Patrick Escure.

L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de faire de ce projet l’outil de référence pour être en mesure de travailler efficacement avec les collectivités et l’administration.

En attendant, les élus professionnels souhaitent présenter ce projet aux différents candidats aux élections régionales de décembre. Le prochain Sommet de l’élevage (7-8-9 octobre) de Clermont-Ferrand devrait être l’occasion de le faire.

 

Sophie Chatenet

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole