Aller au contenu principal

Porcs de montagne
Un premier essai de la Commission qui reste à transformer

Dans deux mois, on saura si l’alimentation des porcs de montagne pourra être issue de seulement 25 % de cultures de montagne. La balle est dans le camp du Parlement et de l’OMC.

Les éleveurs de porcs de montagne sont dans l’attente des décisions du Parlement et de l’OMC.

Alors que depuis plusieurs semaines, la Commission européenne ne laissait filtrer aucune information aux organisations professionnelles sur l’avancement de la rédaction de l’acte délégué mention « produit de montagne », les professionnels ont appris, mi décembre que celui-ci était achevé. Le point crucial de cet acte délégué porte sur la provenance de l’alimentation des porcs. La Commission aurait ainsi retenu un taux d’incorporation minimal d’alimentation provenant de la montagne de 25 % pour les porcs. «Ce qui constituerait une avancée par rapport au taux de 50 % initialement envisagé», selon Christian Guy, président de la section régionale porcine du Massif central. Toutefois, la prudence reste de mise, puisque l’acte délégué mention «produit de montagne» est actuellement mis en consultation auprès de l’OMC et du Parlement européen.

Les députés et le Conseil ont deux mois pour rejeter le texte ou l'approuver mais ils ne peuvent plus l'amender. L’acte délégué sera définitivement adopté seulement après ces deux consultations, où il peut encore être rejeté. Une délégation de l’Association porcs de montagne (APM), très mobilisée sur ce dossier, aux côtés du syndicalisme, a rencontré, la semaine dernière, le président du Conseil régional d’Auvergne. René Souchon a indiqué qu’il allait saisir le président de la Commission agricole du Parlement ainsi que les présidents des groupes politiques. Le député européen, Michel Dantin devrait lui aussi essayer de convaincre ses confrères de la Commission agricole. Pour obtenir gain de cause, la profession a bâti un argumentaire solide dans lequel ils n’ont pas manqué de rappeler que «pour des raisons pédoclimatiques évidentes (altitude, pauvreté des sols, froid), il y a très peu de céréales cultivées en montagne, alors que c’est la base de l’alimentation des porcs. Traditionnellement, les éleveurs se fournissent dans les zones périphériques de la montagne, plus propices à cette culture.»

Des surcoûts même à 25 %

Pour eux, «c’est un non sens, historique et écologique d’exiger que 50 % des céréales consommées par les porcs élevés en montagne proviennent de montagne». Le combat continue donc pour, d’abord faire adopter le texte en l’état, puis ensuite pour trouver le volume de céréales suffisant. Car si l’éventualité des 25 % est évidemment plus acceptable que celle des 50 %, les professionnels estiment qu’elle ne se fera pas sans surcoût. «A 25%, on doit pouvoir y arriver mais le bémol c’est que ces céréales sont pour la plupart déjà employées pour les bovins et les ovins», explique Christian Guy. Bloqués par l’interdiction du retournement des prairies en montagne, les agriculteurs ne peuvent envisager de cultiver davantage de céréales. «La solution passera donc par un redéploiement qui va engendrer un coût supplémentaire notamment en matière de transport. Nous aurons besoin d’être accompagnés par les pouvoirs publics». Sur les délais, Christian Guy met en garde aussi, «il faut nous laisser le temps de nous retourner, l’application de cette nouvelle directive ne pourra se faire qu’à partir de la récolte 2015».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole