Aller au contenu principal

Asa Limagne Noire
Un nouveau président pour les irrigants

Après avoir assuré activement durant 23 ans la présidence de l’Asa Limagne Noire, Christian Liabeuf passe la main à Christophe Cautier, producteur de grandes cultures à Saint-Beauzire.

C’est à Ménétrol le 27 janvier dernier dans le cadre de l’assemblée générale de l’Asa Limagne Noire que Christian Liabeuf mettait un point final à la belle aventure qu’il menait avec cette Association syndicale autorisée (Asa). Une belle aventure qui commence en 1987 avec les toutes premières réunions sur le projet de création d’un réseau d’irrigation utilisant les effluents épurés de l’agglomération clermontoise. « Notre idée était de permettre aux agriculteurs éloignés de toute ressource en eau suffisante, d’irriguer leurs productions. Pour cela nous avions imaginé de pomper une partie des eaux traitées de la station d’épuration de Clermont-Ferrand avant qu’elles ne soient rejetées dans l’Artière » explique Christian Liabeuf. Dès l’année suivante, en 1988, le projet se met en marche et passe les différentes étapes incontournables: pré-étude, étude de faisabilité, avis du Cdh et du Cshpf, création de l’Asa Limagne Noire, recherche de financements et de partenariats, enquêtes publiques, mise en place des infrastructures définitives et du périmètre irrigué… pour arriver en ce début 2011 à « une réalisation exemplaire» constituée de 60 km de canalisations fonte et pvc et de 150 bornes. Une telle infrastructure permet aujourd’hui d’irriguer 700 ha sur la région de la Limagne Nord. « Cette réalisation était un pari à cause de la nature particulière de l’eau utilisée » raconte Christian Liabeuf. La mise en service progressive et surveillée, des normes sanitaires maximales et un suivi épidémiologique sur trois ans sont venus confirmer l’efficacité de ce «dispositif innovant et transférable », selon les termes de Christian Liabeuf. En effet, le président ne se lasse pas de rappeler l’originalité de l’Asa Limagne Noire, « un exemple reconnu de réutilisation des eaux usées, sans équivalent en Europe » (plus de 100 visites de collectivités, d’écoles, de délégations étrangères…), et avec des intérêts multiples pour la collectivité. « Ce projet contribue ainsi à lutter contre la dégradation des cours d’eau ; il permet de rationnaliser la gestion de l’eau en Limagne Nord et conforte les exploitations agricoles dans un contexte de pression urbanistique».

« N’oublions pas que l’irrigation est une assurance pour les producteurs, car il faut des productions régulières, diversifiées et de qualité ; encore plus aujourd’hui dans le contexte de la mondialisation. Le dispositif Asa Limagne Noire nous permet aussi de répondre à la préoccupation du respect de l’environnement, tout en confortant nos références de production et en donnant satisfaction à nos organismes économiques ».

Dans son allocution au cours de l’assemblée générale de l’Asa Limagne Nord, Christian Liabeuf a rendu hommage aux partenariats efficaces et aux personnalités qui ont permis la réalisation de ce projet, notamment « au partenariat sans faille avec la Sucrerie Bourdon et Clermont Communauté ».

L’avenir du réseau Asa Limagne Noire est désormais entre les mains de son jeune président, Christophe Cautier. Selon son prédécesseur, le danger qui se pointe est « l’urbanisation de la zone agricole irriguée actuelle ». Pour le reste, la pérennité de l’Asa semble bien installée, « même sans le lagunage, grâce au traitement tertiaire UV qui pourrait être envisagé ».


Retrouvez le témoignage de Christophe Cautier dans votre journal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole