Aller au contenu principal

Un nouveau cahier des charges plein de promesse

Le nouveau cahier des charges de l’AOP Bleu d’Auvergne prévoit une réduction de la zone d’appellation.

L’AOP Bleu d’Auvergne a un cruel handicap : son nom ! « Dans l’esprit des consommateurs, c’est un bleu comme les autres » déplore Nicolas Cussac, président du syndicat Interprofessionnel Régional du Bleu d’Auvergne. Impossible de changer le nom mais tirer le fromage vers le haut en améliorant encore davantage ses qualités intrinsèques et en communiquant sur celles-ci, est à la portée des producteurs. Le nouveau cahier des charges recentre les savoir-faire de chacun des acteurs et tout particulièrement des producteurs de lait. La réduction de la zone d’appellation en est la mesure phare.

 

50% de communes en moins

« Le nouveau cahier des charges est en complète adéquation avec les attentes de la profession et des consommateurs. » Nicolas Cussac en est persuadé, le salut du Bleu d’Auvergne viendra de la réappropriation par l’AOP de son territoire et son terroir. Le fromage, en plus de s’appeler bleu, est une pâte persillée, appréciée d’une minorité de consommateurs. «Le marché existe mais il faut aller le chercher et mettre en valeur nos différences, nos spécificités. Nous avons des atouts à jouer. »

Le premier angle d’attaque de l’Interprofession Bleu d’Auvergne, est la zone d’appellation. Jusqu’à présent, elle s’étend sur la totalité des départements du Puy-de-Dôme et du Cantal et déborde sur la Corrèze, la Haute-Loire, le Lot et la Lozère. Dès 2018, la Corrèze, le Lot et la Lozère verront leur zone réduite à quelques communes et aucun des secteurs de plaines du Puy-de-Dôme ne seront conservés.

Une aire «dégraissée» de 50% de ses communes pour mieux «re-centrer la valeur sur le territoire».

Actuellement seulement 7% de la production laitière de la zone est transformée en Bleu d’Auvergne.

Cette nouvelle cartographie a également un objectif marketing puisqu’elle permettra de « recréer du lien entre le fromage et le terroir volcanique des montagnes d’Auvergne ». Nicolas Cussac l’assure, « il y a eu très peu d’opposition » lors de ce redécoupage. «Les producteurs exclus n’étaient pas engagés dans l’appellation et aucune entreprise n’est impactée.»

 

Les pratiques d’élevages revues

Les producteurs de l’AOP Bleu d’Auvergne devront également appliquer de nouvelles méthodes d’élevage. Les vaches devront pâturer 150 jours minimum sur une surface de 30 ares/animal et avoir dans leur ration au minimum 70% d’herbe pâturée. La ration de base hivernale sera produite à 100% sur la zone et comprendra obligatoirement 3 kg de foin. Aucun OGM ne sera admis ainsi que l’introduction d’animaux non nés et élevés sur la zone. « Des éleveurs ne se reconnaîtront pas dans ce nouveau cahier des charges mais nous sommes obligés de le renforcer pour faire gagner en valeur le Bleu d’Auvergne. Si nous ne remettons pas régulièrement nos pratiques d’élevage en question, nous n’avancerons pas». Point de mal donc dans cette démarche qui vise à faire du fromage une référence parmi les bleus. Néanmoins, avant d’atteindre la célébrité incontestée, l’Interprofes- sion doit encore trouver l’emballage adéquate. Comme toutes les pâtes persillées, une fois coupé, la durée de vie du fromage est raccourcie. Or aujourd’hui, l’essentiel des ventes se fait par le biais des GMS et de leurs rayons libre-service.

 

La Fête du Bleu d'Auvergne se prépare

 

Les 19 et 20 août prochains, la cité cantalienne de Riom-ès-Montagnes célèbrera l’AOP Bleu d’Auvergne à l’occasion de la 20e édition de la Fête du Bleu d’auvergne. Organisée à l’initiative de l’association Festi’Bleu et du Syndicat Interprofessionnel Régional du Bleu d’Auvergne, cette édition met les petits plats dans les grands.

Au programme : démonstrations de fabrication, ateliers culinaires, dégustations, animations mais aussi déambulations festives, spectacle de cirque, génisses Salers, journées laitières... Sans oublier les invités d’honneur : les fromages AOP d’Auvergne-Rhône-Alpes, l’AOP Bleu des Causses et l’Ossau-Iraty ! Avec plus de 100 exposants, la Fête du Bleu d’Auvergne est également un grand marché de produits de terroir ! Vins d’Auvergne, de Bordeaux, salaisons d’Auvergne, lentilles, miel, liqueurs de gentiane...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes dans une vigne
La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma en six questions
 La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application soit le 1er janvier si l'arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole