Aller au contenu principal

UDSEA 63
Un mot d’ordre : « Rester mobilisés sur la production ! »

Lundi dernier près de 160 éleveurs sont venus dans le Livradois-Forez échanger avec Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, sur l’avenir de l’élevage en zone de montagne.

C’est en voisin- producteur laitier dans l’Aveyron- mais aussi en tant que secrétaire général de la FNSEA que Dominique Barrau est venu lundi 16 septembre à St Just, confirmer que l’agriculture avait un avenir dans les zones de handicaps.

Aux côtés de Jacques Chazalet, vice-président de la FNSEA, Pascal Servier, président de la Fédération départementale des producteurs laitiers (FDPL), David Chauve, secrétaire général de la FDPL et Jean-Yves Ayel, président de l’association « agriculture professionnelle et développement en Livradois-Forez », Dominique Barrau s’est exprimé sur les enjeux pour les territoires de montagne, sur l’avenir de l’ICHN et le devenir du plan bâtiment.

 

Conjuguer organisation de producteurs et développement

Au fil de son intervention, le secrétaire général de la FNSEA a surtout invité les agriculteurs à « rester mobilisés sur l’acte de production ». « Nous sommes dans une région où les habitudes et les méthodes de travail correspondent aux attentes de la société ; ce n’est pas chez nous qu’il y a les plus gros efforts à faire ». Et pour Dominique Barrau, « rester mobilisé sur la production » y compris dans les zones difficiles, suppose avant tout pour les éleveurs, d’être organisés en OP et de créer de nouvelles relations avec les entreprises d’aval. « Car demain pour faire du prix et aborder sereinement l’après 2015 il nous faudra passer par ce type d’organisation, par la contractualisation mais aussi par le développement au sein de nos exploitations » explique-t-il. « Nous devons en permanence faire le lien entre l’avenir de nos structures et le développement, sans quoi il sera difficile de répondre aux enjeux » et d’ajouter, « la dimension économique des projets de demain dépend d’abord de la capacité de l’éleveur à élever et conduire ses ruminants et de la visibilité qu’il a pour développer et investir dans l’exploitation».

 

Revaloriser l’ICHN

Plus en détail, Dominique Barrau a évoqué les sujets qui préoccupent les agriculteurs du Puy de Dôme. A commencer par l’avenir des ICHN. « Le doublement de l’ICHN par l’intégration notamment du budget de la PHAE est la priorité». « L’ICHN est la mesure qui permet de soutenir l’élevage dans les zones difficiles » intervient Jacques Chazalet. C’est pourquoi la FNSEA et les élus professionnels du Massif central revendiquent une enveloppe de 1,5 million d’euros pour l’ICHN. «Cela correspond à 15% seulement du budget de la PAC en France ! Un minimum pour l’Etat français qui clame vouloir faire de l’élevage une cause nationale ! Nous saurons le rappeler aux élus du Massif central le 20 septembre à l’occasion de notre grand rassemblement à Tulle ».

A propos du paiement redistributif soutenu par le ministre de l’Agriculteur et la FRSEA Massif central, le secrétaire général dit ne pas partager cette position. Selon lui, « il accentuerait le différentiel entre zones de production d’élevage, notamment entre le grand Ouest et le massif; or notre objectif est que tout éleveur, où qu’il soit, ait les mêmes chances d’accéder aux marchés ».

 

 

Le prix aux producteurs

Concernant les marchés, tous les signaux sont aujourd’hui au vert, «les carnets de commandes sont bien remplis» a expliqué Dominique Barrau. Mais le représentant de la FNSEA reste vigilant, car pour lui le véritable enjeu qui va se jouer prochainement est « de veiller à ce que l’augmentation des prix, induite par la demande, profite aux agriculteurs et non aux seules entreprises ! d’où l’importance de constituer des organisations de producteurs et d’engager des relations durables avec elles pour que le prix du lait soit versé aux producteurs ». Et ce qui vaut pour le lait vaut aussi pour la viande, selon Dominique Barrau. Même si, dit-il, «le différentiel entre prix de revient et prix de vente en viande bovine fait qu’on ne se passera pas des aides publiques. Il faudrait augmenter nettement le prix au kilo pour les compenser, or c’est impossible ! »

A ce jour, l’incertitude du PMBE

Interrogé sur la poursuite du Plan de modernisation des bâtiments d’élevage (PMBE), Dominique Barrau reconnaît « qu’à ce jour rien n’est encore prévu pour 2014 ». La FNSEA demande toutefois la continuité du plan; que celui-ci conjugue un plan bâtiment avec un plan engraissement, prévoit un plan photovoltaïque agricole et un plan de spécialisation laitière. Quant à la région auvergne, sa décision serait suspendue à l’existence d’une participation de l’Etat.

 

Ils ont dit...

 

David Chauve : « Nous devons revoir notre façon de fonctionner au niveau du syndicat. Les jeunes qui arrivent dans le métier ont d’autres priorités. Pour que nos efforts portent, ils doivent être collectifs, que chacun donne un peu de son temps et réponde aux sollicitations des responsables professionnels. En organisant ce type de rencontre, nous favorisons les échanges et le partage des idées. »

Pascal Servier : « Le rôle du syndicalisme est de faire remonter vos attentes et vos interrogations. C’est ce que nous faisons ici à St Just, au travers de cette journée de rencontre. Nous l’avons fait précédemment à Theilhet en Combrailles en organisant aussi un débat avec les représentants de la FNB. »

Jean-Yves Ayel : « Si hier des projets ont été menés sur la PRA c’est parce qu’il y avait une équipe structurée autour d’Annie Marret, la responsable. Nous poursuivons aujourd’hui cette dynamique à travers l’association locale pour combler l’absence de projets sur la PRA».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole