Aller au contenu principal

Porcs Label
Un jeune éleveur a choisi le Porc Fermier d’Auvergne

Ludovic Pitavy, jeune agriculteur, à Sauvessanges en Livradois-Forez, élève des porcs qui deviendront Porcs Fermiers d’Auvergne.

Installé depuis un an et demi en individuel, Ludovic Pitavy après avoir travaillé pendant 10 ans dans le secteur du bâtiment, a passé un bac pro en agriculture, afin de ne pas abandonner l'exploitation familiale : «je ne voulais pas laisser fermer la maison.»

Il souhaitait au départ faire du veau gras, mais manquait de surface. En effet ses parents, Marie-Jo (qui travaille à présent à l'extérieur) et René (à la retraite, mais très active sur l'exploitation!), conduisaient une quinzaine de vaches laitières sur 25 ha, avaient une porcherie naisseur.

 

Trouver un projet viable et vivable

Dès 2005, avec Fernand Oulion son conseiller d'entreprise à la Pra Livradois-Forez, «nous avons passé en revue plusieurs pistes. Je manquais de surface, l'exploitations était trop petite.» Pourquoi ne pas alors faire du porc label ?

Le technicien du groupement de producteurs de porcs Cirhyo auquel adhéraient ses parents, a expliqué la nouvelle démarche. En effet jusqu'à une date récente, «produire du porc label, n'était pas évident. Par exemple on exigeait des cabanes individuelles. Aujourd'hui le système bâtiment nécessaire s'apparente à celui d'un poulailler.»

Le plan monté par le groupement, en fonction des normes à respecter, l'a conduit à aménager, «on a du tout repenser», 7 ha de l'exploitation, en les rendant accessibles et suffisamment éloignés des maisons d'habitation. Le challenge : 83 m2 par porc, une porcherie ouverte vers l'extérieur, avec des parcours au sein de parcs.

Une conduite adaptée au label

Ludovic, avec l’aide de René, «nous avons beaucoup fait par nous-mêmes», a alors construit en septembre 2010, 5 salles de 2 cases chacune, et 20 parcs, qui ont reçu leurs premiers pensionnaires début mai 2011.

Il conduit des lots de 80 porcelets achetés au groupement à 4 semaines. Ils restent en post sevrage, puis en pré engraissement, dans un bâtiment fermé, aménagé à partir d'une construction existante, situé près de sa maison d'habitation.

 

Répondre aux exigences du label

La quinzième semaine, ces porcs partent dans un bâtiment neuf, construit à quelques centaines de mètres, sur les hauteurs, à partir duquel ils pourront déambuler à leur guise dans des parcs. Ils reçoivent un aliment imposé par le cahier des charges, et seront vendus à 29 semaines au groupement (le label exige 26 semaines d'âge minimum : 115-120 kg en vif). A charge pour ce jeune agriculteur de trier, de peser les animaux, de les mettre à l'embarquement, et de laver les salles.

Il aura entre temps observé le comportement des porcs, déparasité, vacciné (c'est lui qui fait les piqûres), si nécessaire. «Tout ceci demande d'être très présent. J'ai parfois de mauvaises surprises, car la production n'est pas celle que j'espérais (par exemple quand je n'ai que 73 % de porcs pouvant être labellisés). Avec un prix plancher indexé sur le prix de l'aliment, je pense toutefois avoir pris la bonne décision, qui m'a permis de m'installer.»

Outre cette activité, Ludovic Pitavy élève des vaches Montbéliardes (73 000 l de lait de quota) sur 33 ha (moins 7 ha pour les porcs), en prairie naturelle et temporaire, avec des céréales pour l'autoconsommation.

Le Porc Fermier d’Auvergne

 

L'Indication Géographique Protégée Porc d'Auvergne vient d'être reconnue par Bruxelles.

C'est la reconnaissance d'un savoir-faire et d'un terroir : les porcs fermiers d'Auvergne sont élevés en plein air (83 m² par porc). Le Label Rouge, associé à ce produit depuis 1989, garantit une qualité gustative supérieure, appréciée de tous, revendeurs et consommateurs. Le Porc Fermier d'Auvergne est vendu exclusivement en boucherie- charcuterie et restaurant

Eté comme hiver, né et élevé en Auvergne, le Porc Fermier d’Auvergne court dans les champs toute l’année. Il dispose d’abris pour contribuer au respect de son bien-être.

 

(Source Porc Fermier d’Auvergne)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole