Aller au contenu principal

Un démarrage encourageant pour le maïs semence

Après une campagne 2019 catastrophique, les producteurs de maïs semences reprennent confiance cette année. Le point avec Régis Rougier, président du syndicat des producteurs de maïs semences.

Les conditions de semis sont meilleures cette année

Quelles surfaces en Limagne sont réservées cette année aux semis de maïs semences ?

En 2020, nous comptons 6 235 ha de maïs semences en Limagne pour 320 producteurs, soit + 300 ha par rapport à la campagne 2019, dont 17% de variétés stériles. Cette hausse n’est pas spécifique à notre secteur ; elle est appliquée dans toutes les régions de production. Ainsi, au plan national, il y a cette année 78 500 ha de maïs semences contre 69 000 ha l’an dernier. Cette augmentation globale vient compenser les récoltes catastrophiques de l’an passé et rééquilibrer les pertes de rendement consécutives à la sécheresse de 2019.

Cette année, le plan maïs semences de Limagrain a augmenté de 10% sa surface totale en France Europe et sur le plan France Europe on représente 35%.

Dans quelles conditions ont été réalisés les semis ?

La distribution des semences corrélait cette année avec le début de la crise sanitaire et l’obligation de confinement ; donc dans un contexte inédit. Limagrain avait cependant anticipé la clôture du plan de production au 15 mars afin de vite préparer les semences et faire en sorte que les producteurs puissent en disposer au bon moment pour les semer. En raison du confinement, la distribution s’est faite sur rendez-vous essentiellement et s’est donc déroulée sur une plus longue période. Mais finalement, tous les producteurs ont été servis dans les temps. Il y a eu une bonne réactivité et une bonne organisation malgré le contexte.

En revanche, sur le plan climatologique, les conditions étaient particulièrement compliquées au moment de la réception des semences. Nous étions déjà en sécheresse, certains avaient même commencé à irriguer avant de semer. Dans ces conditions, très peu de semis ont été réalisés avant le 2 mai. Les précipitations qui se sont étalées du 4 au 12 mai sont tombée à point nommé. Elles ont permis de semer la majorité des semis femelles. Les conditions étaient optimums avec un sol chaud et humide. Les semis des mâles doivent intervenir fin mai début juin dans des conditions qui s’annoncent également excellentes.

Ce qu’il faut retenir c’est que, globalement, les conditions de semis de cette année sont bien meilleures que celles de l’année passée.  L’an dernier à pareil époque nous étions très inquiets sur les niveaux de remplissages du barrage du sep et des effluents qui irriguent la Limagne. Cette année la situation est bien différente. Les retenues sont pleines ou quasiment à niveau. C’est rassurant pour les producteurs ; cela nous rend confiants pour la suite de la campagne.

Qu’en est-il du contrat de prix avec Limagrain ?

Tous les trois ans en mars, le syndicat des producteurs de maïs semences et la coopérative Limagrain renouvellent leur accord triennal sur le prix. Mais cette année, en raison de la crise sanitaire, il n’a pu être renégocié et signé ; son examen a été reporté à l’automne.

Les prix 2020 sont donc reconduits à l’identique de 2019. Certes, nous souhaitions une augmentation afin de compenser la hausse de nos charges qui, elles, ne baissent pas… Mais d’un autre côté, après deux mauvaises années en termes de rendements, ceux de 2020 s’annoncent meilleurs donc cela devrait compenser le prix…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole