Aller au contenu principal

FNO
Un congrès riche en échanges et en interventions

Les 7 et 8 septembre, la FNO était en congrès en Haute-Loire. Un rendez-vous professionnel qui a permis de passer en revue les problématiques et les enjeux cruciaux qui conditionnent l'avenir de l'élevage ovin en France.

Un congrès auquel ont participé 150 congressistes venus de toute la France.

Des congressistes heureux, c'est ce que l'on pouvait lire sur les visages des participants à l'issue du congrès de la FNO qui se tenait les 7 et 8 septembre en Haute-Loire. C'est donc une mission réussie pour les organisateurs : la FDO de Haute-Loire (Fédération départementale Ovine), la FDSEA, les JA et l'ensemble des structures départementales qui ont œuvré pour la réussite de cet événement national (Chambre d'agriculture, Cerfrance Hte-Loire, GDS 43, APIV Auvergne et Copagno) ; un moment important fait "d'échanges privilégiés entre régions et départements qui nourrissent les choix stratégiques de la FNO" comme l'a rappelé le président de la FDO et de la FDSEA, Claude Font, en ouverture du congrès.
Après la découverte de la filière ovine altiligériennne au travers de 4 circuits de visites la veille, les 150 membres du réseau de la Fédération Nationale Ovine et les nombreux invités se sont retrouvés en matinée dans les locaux du Conseil Départemental de la Haute-Loire pour l'assemblée générale statutaire de leur structure et échanger sur le thème de la contractualisation à l'aide d'une table ronde.

Prédation : le dossier qui fâche

Les grands dossiers syndicaux étaient au cœur de ce congrès, à commencer par le thème de la prédation pour lequel les responsables FNO n'ont pas manquer de marteler l'incompatibilité entre un élevage dynamique et pérenne et une prolifération de loups, ceci avec l'appui général des élus et des représentants de l'Etat qui sont intervenus. Sur ce dossier, la présidente de la FNO Michèle Boudoin a réaffirmé "la primauté du pastoralisme et de l'élevage sur l'ensauvagement" avant d'ajouter que chaque année, ce sont plus de 10 000 brebis qui sont tuées par le loup dans notre pays. Dès lors "on peut dire que la directive Habitats portée par l'Union Européenne est un franc succès" lance la présidente non sans amertume avant de demander au gouvernement de mettre en place une politique en faveur des éleveurs ovins. Du côté de la Région, même discours : "On dénombre 4000 attaques dans notre région, c'est trop ! Je suis convaincu que les loups sont trop présents en effectif. C'est pourquoi à la Région nous avons lancé un comptage des loups" a indiqué Emmanuel Ferrand, conseiller régional et agriculteur dans l'Allier. Un message appuyé par son président Laurent Wauquiez intervenu en vidéo.
Quant à Yannick Fialip, membre du bureau de la FNSEA qui représentait la présidente Christiane Lambert, a attiré l'attention sur ce que coûte le loup à la France : "Le budget dédié à l'aide ovine a baissé et dans le même temps, on a augmenté le budget prédation, ce qui veut dire que la souveraineté alimentaire du loup est plus importante que celle des Français ! Sur 10 ans, le loup a coûté 35 millions d€... Arrêtons de financer la prédation et prélevons les loups !".
Jean-Paul Celet, Préfet référent du Plan national loup, a signalé une prédation en croissance en 2022 en Aura et a annoncé la mise en place de mesures spécifiques pour les nouveaux territoires de prédation dont fait partie la Haute-Loire, avec le Cantal et la Lozère. Toujours sur la prédation, Claude Font a signalé le changement de comportement du vautour, qui s'attaque à des animaux vulnérables et vivants et demande à l'administration de cesser son déni.

Libre-échange

Les éleveurs ovins doivent affronter un autre fléau avec le grand retour des accords de libre-échange. Michèle Boudoin a dénoncé le récent accord conclu avec la Nouvelle Zélande qui accorde des contingents supplémentaires à ce pays tandis qu'elle regarde avec beaucoup d'inquiétude les futurs accords (Australie, Royaume-Uni-Nouvelle Zélande). "Le gouvernement doit mettre fin à cette course au libre-échange sans règle !" lance-t-elle. La sécheresse, grosse source d'inquiétude de la profession au regard de la décapitalisation massive qu'elle risquerait d'entraîner, mobilise également la FNO. Le Ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau intervenu au moyen d'une vidéo a assuré la pleine mobilisation du gouvernement en faveur de la filière ovine et en particulier sur ce dossier.
La FNO se préoccupe également de la laine issue des troupeaux, une matière très mal valorisée et qui fait l'objet au niveau national d'un projet collectif "Tricolor" dans laquelle la FNO est impliquée. "Ce projet qui vise à valoriser les laines et à structurer la filière, devrait permettre, dans un premier temps, de couvrir au moins les frais de tonte des éleveurs avant d'aller plus loin" signale le rapport d'activité de la FNO.


Le défi du renouvellement des générations


Durant ce congrès, il a également été question de renouvellement des générations considéré comme un véritable défi par la FNO qui entend engager un travail sur les attentes des futurs éleveurs. Au cours de son intervention en visio en direct des Terres de Jim, Guillaume Cabot, vice-président de Jeunes Agriculteurs, a signalé la rédaction d’un livre blanc par son syndicat sur la transmission des exploitations. Mais pour pérenniser les exploitations, le responsable compte sur les prix et la contractualiation rendue obligatoire par la loi Egalim 2. Un thème important qui a fait l’objet d’une table ronde.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les éleveurs du syndicat Aubrac des Volcans sur le ring confectionné en partenariat avec les élèves du lycée du Breuil-sur-Couze.
L'Aubrac a fait le show au château du Breuil !
La 20ème édition de la compétition départementale Aubrac a rassemblé une centaine d'animaux et attiré plus de 600…
Une équipe de professionnels et de techniciens au complet pour organiser le concours départemental Salers du Puy-de-Dôme version 2022
#salers2022, une belle réussite !
Samedi 27 août, c’était au tour de la commune d’Ardes-sur-Couze d’accueillir le concours départemental Salers et de mettre en…
Le 8 septembre, la coopérative a inauguré son nouveau moulin dans la plaine de Saint-Ignat, en présence de nombreuses personnalités politiques locales.
Limagrain inaugure son nouveau moulin
Limagrain a inauguré son nouveau moulin à blé à Saint-Ignat, après plus de deux ans de travaux et 24 millions d'euros d'…
L’Aubrac présente son fleuron dans le Puy-de-Dôme
Le 10 septembre prochain, le syndicat Aubrac des volcans vous donne rendez-vous au lycée agricole du Breuil-sur-Couze pour le…
De gauche à droite : Gilles Flandin et Damien Bonaimé, respectivement président et directeur de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes.
La Safer Auvergne-Rhône-Alpes présente sa feuille de route 2022-2028
À l’occasion de la rentrée 2022, la Safer Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa feuille de route pour les années à venir. Gilles…
Bouteille de lait
Prix du lait : à la recherche de plus de visibilité
La juste rémunération des producteurs de lait est toujours au cœur des combats de la Fédération des producteurs de lait du Puy-de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole