Aller au contenu principal

Arboriculture
Un arboriculteur expérimentateur et perfectionniste

David Jarsaillon est arboriculteur à la Roche Blanche. Installé depuis 15 ans au sein d’un Gaec familial, il a développé une technicité très réfléchie

David Jarsaillon, arboriculteur en vente directe à la Roche Blanche : « Je suis responsable de ce que je produis vis-à-vis de mes acheteurs, directement »

David Jarsaillon s’est installé depuis 1995 après des études non agricoles au sein de l’exploitation de ses parents. Très technique, passionné par l’arboriculture, l’homme a développé ses propres itinéraires techniques, empruntés à la fois aux techniques d’agriculture biologique et à celles de l’agriculture conventionnelle.

Installé à la Roche Blanche sur des terres achetées au fur et à mesure (« toujours des friches, en coteaux »), il produit 8 ha de fruitiers, sans irrigation. « Nous ne sommes pas dans un secteur arboricole comme le Limousin ou la vallée du Rhône, où la filière est très organisée. Ici, mon rendement est d’environ 25 tonnes/hectare (contre 55 dans le Limousin), mon coût de revient est d’environ 80 centimes le kilo : je dois commercialiser moi-même » explique t-il. Par goût et par indépendance, il a développé la vente directe : toute sa production fruitière est écoulée en vente directe.

Des formations et de la réflexion

Interrogé à propos des phytosanitaires, il explique avoir été de plus en plus prudent : « au début, je traitais sans me protéger. Je suis passé au tracteur à cabine, et je veille à m’exposer le moins possible». On le sait, l’arboriculture est une production très tributaire des traitements phytosanitaires, qu’elle soit bio ou non : produits naturels (Cuivre, Soufre, insecticide d'origine végétale comme la rothénone, etc.) ou produits de synthèse. David Jarsaillon, lui, se dit en lutte raisonnée. Ce terme fut utilisé un temps, mais ne répond à aucun cahier des charges. « J’observe, je décide d’une intervention, et je tiens compte des conséquences de cette intervention» explique t-il.

« Je fais les formations en agriculture bio, et je prends toutes les techniques bio qui me conviennent » dit-il.

 

Perfectionnement au fil des années

Sur le pommier, il plébiscite la lutte par piégeage contre le carpocapse, le pulvérisation d’huile de paraffine contre le puceron cendré, deux techniques AB(1). La taille centrifuge, l’introduction de nids de mésanges dans les vergers, l’introduction d’arbres pollinisateurs dans la ligne d’arbres producteurs, l’usage du phytobac(2)… Il a également choisi de passer en désherbage mécanique, au fur et à mesure du renouvellement des vergers. Il souligne cependant que ce changement coûte cher, notamment à cause du temps de désherbage. « Je teste depuis peu l’utilisation de l’aminocuivre (contre la tavelure du pommier) et de l’aminosoufre (contre l’oïdium) en espérant pouvoir réduire quatre fois la dose habituelle » explique t-il.

David Jarsaillon est critique sur les fluctuations des avis des autorités pour la mise sur le marché des matières actives : retrait d’un produit autorisé, nouveau test, reclassement plus bas avec une nouvelle autorisation. « Les insecticides durs qu’on utilisait autrefois ont été enlevés. Aujourd’hui il ne reste que des produits qui vont diminuer une population de ravageurs, sans la détruire » juge t-il.

Il déplore l’interdiction de certaines matières actives au pouvoir de rémanence très bas, et qui n’ont pas de remplaçantes à ce jour.

 

(1)- Agriculture biologique

(2) Procédé de dégradation biologique des effluents phytosanitaires sur substrat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole