Aller au contenu principal

Sommet de l'Elevage
Trois tournants majeurs à l’aube du trentième Sommet de l’Elevage

2021 sera synonyme de nouvelle ère pour le Sommet de l’élevage, avec quatre jours de salon, 10 000 m² supplémentaires d’exposition, et une digitalisation renforcée. Rendez-vous est pris du 5 au 8 octobre à Clermont-Ferrand.

Pour sa trentième édition, le carrefour international du monde de l’élevage veut voir les choses en grand. Privés d’édition en 2020 en raison du Covid, les organisateurs du Sommet de l’Elevage souhaitent se donner tous les moyens pour rebondir cette année, en proposant aux visiteurs une formule inédite. Inédite d’abord sur la durée, avec un jour supplémentaire, qui permettra au Sommet de s’étaler du mardi 5 octobre au vendredi 8 octobre avec l’ambition de franchir la barre des 100 000 visiteurs. Inédite aussi dans sa configuration, avec la construction d’une nouvelle halle, qui sera opérationnelle d’ici octobre et générera un gain de 10 000 m² d’exposition. « Nous allons pouvoir accueillir davantage d’exposants, améliorer les flux de visiteurs à l’intérieur du salon en élargissant les allées », explique Jean-François Blanc, responsable commercial. Ce nouvel espace sera dédié aux exposants du secteur laitier, de l’aménagement des bâtiments, des énergies renouvelables et de la transformation à la ferme. Il sera complété par deux salles de conférences. Par effet domino, les halls bovins lait et ovins vont bénéficier d’un élargissement de leur espace. « De quoi, encore mieux mettre en valeur les animaux notamment à travers les présentations sur les rings et agrandir les gradins », se félicite Jacques Chazalet, le président du Sommet.

Convivial et digital

Enfin, à l’instar d’autres salons, en 2021, le Sommet prend le virage du digital en se dotant d’une application mobile et de nouveaux services web. « Chaque exposant pourra désormais référencer ses produits sur une marketplace accessible toute l’année, organiser des webinaires…L’idée est de mettre cette nouvelle plateforme web au service de l’évènement en présentiel », précise Victor Berthon, chargé du développement digital. En effet, pas question pour le Sommet de céder aux sirènes du 100% digital. « Les exposants, les visiteurs, les éleveurs…auront plus que jamais besoin de se retrouver après cette année éprouvante », estime Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet. Et de rappeler que le sel du Sommet c’est avant tout son caractère convivial. Evidemment, alors que neuf mois nous sépare encore de l’évènement, l’incertitude quant à la situation sanitaire à l’automne est dans l’esprit de chacun. « Nous préparons activement cette édition, mais si les conditions sanitaires venaient à nous contraindre à annuler l’évènement, les sommes engagées par les exposants seront intégralement remboursées comme en 2020. Les exposants ne prennent donc aucun risque à s’inscrire dès à présent », précise Fabrice Berthon. Seule certitude, avec son nouvel agencement, le salon sera probablement plus en capacité de répondre aux éventuelles mesures barrières qui pourraient être encore d’actualité en octobre.

Concours national aubrac : le retour

Le Sommet 2021 réunira une fois encore le meilleur de l’élevage français et européen avec la présence de plus de 2000 animaux représentant près de 70 races. Côté bovins viande, l’aubrac sera à l’honneur avec un grand concours national réunissant les 400 meilleurs spécimens de la race. Côté bovins lait, c’est la race simmental qui inaugurera le nouveau hall laitier (hall 4) avec une centaine de vaches en concours national.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Mathieu Peyrat a repris l'exploitation de François Dauphin à Job.
" J'ai eu la chance d'avoir le repreneur sous la main"
Plusieurs journées autour de la cessation et reprise d'exploitation sont organisées dans le Puy-de-Dôme. L'occasion de rencontrer…
Ovins dans une étable
La filière ovine puydômoise à la recherche de repreneurs
Le renouvellement des générations est également un enjeu pour les filières puisqu'il assure le maintien du maillage des activités…
Emmanuel Bernard, Bruno Dufayet et Jonathan Janichon face aux représentants des éleveurs de la région Auvergne Rhône Alpes mardi 16 février à Aubière.
Les éleveurs allaitants mettent la pression sur le gouvernement
 Prix en berne, échec du plan-filière, négociations difficiles de la Pac, indifférence et passivité gouvernementale... Les…
Le 17 février, une trentaine d'agriculteurs a répondu présent à l'invitation de la Chambre d'agriculture autour d'une réunion d'information sur la mise en place d’une filière légumes dans le Puy-de-Dôme.
Légumes de plein champ : les prémices de la filière
Le 17 février dernier, la première réunion d'information autour de la production de légumes de plein champ marque le début des…
L’appel des 45 parlementaires pour une PAC juste et durable
A l'initiative d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, 45 parlementaires de toutes sensibilités, ont lancé officiellement,…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 et Quentin Baumont, président de JA63
"Nous ne lâcherons rien !"
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 et Quentin Baumont, président de JA63, reviennent sur les raisons de la mobilisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole