Aller au contenu principal

Trois étudiantes clermontoises inventent la paille à boire et à manger

Trois étudiantes de VetAgro Sup, originaires du Puy-en-Velay, de Lyon et de la région parisienne ont élaboré une paille comestible. Baptisée Straw’Bon®, l’innovation cherche désormais des investisseurs pour être commercialisée à grande échelle.

Le couperet est tombé fin 2018 : d’ici 2021, huit familles de produits jetables seront bannies sur décision conjointe du Parlement et du Conseil européen. Pourtant bien pratique pour siroter son diabolo ou son mojito, la paille en plastique vit donc ses dernières heures. Certaines grandes chaînes de restauration semblent avoir anticipé cette interdiction, en proposant depuis quelques mois déjà, une version papier, pas toujours très agréable en bouche... Pour allier l’utile à l’agréable, trois jeunes ingénieures agronomes de Vetagro Sup qui ont suivi leur cursus sur le site de Lempdes dans le Puy-de-Dôme ont imaginé un concept de paille comestible dans le cadre d’un module entrepreneurial. Baptisée Straw’Bon®, cette paille alternative est composée de purée de fruits déshydratés. «Enrobée de cire d’abeille, elle est imperméable et ne dénature pas le goût de la boisson», explique Sarah Bagot, l’une des étudiantes qui a travaillé sur le projet aux côtés d’Elsa Perbet et d’Anaïs Prébet. La paille Straw’Bon® a été réalisée avec la collaboration du chef Julien Ferretti du Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse. «Dans le futur, notre paille pourra être produite à partir des invendus de fruits et légumes des producteurs. Elle contribuera ainsi à la réduction des déchets non seulement plastiques mais aussi alimentaires», poursuit Elsa Perbet. Après avoir servi à boire, la paille peut se manger. Les fruits déshydratés (pomme, mangue, fruits rouges...), sans sucre ajouté, procurent un goût fruité et une texture agréable en bouche, alliant ainsi hédonisme et santé. Des entretiens exploratoires auprès de consommateurs et de professionnels du secteur CHR (cafés-hôtels-restaurants) ont été réalisés en amont, et ont confirmé l’intérêt pour ce type de produit. Aujourd’hui, les trois jeunes femmes communiquent largement sur leur invention, espérant attirer l’attention d’investisseurs prêts à se lancer dans l’aventure. En attendant, une enveloppe Soleau (droit d’auteur), attestant de l’antériorité, et la marque Straw’Bon® ont été déposées à l’Institut national de la propriété industrielle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole