Aller au contenu principal

Laine
Tricolor, un collectif pour développer une filière lainière à haute valeur ajoutée

Alors que la filière lainière est en difficulté depuis plusieurs années, un collectif est en cours de création pour relancer la production nationale.

Laine de mouton

On en est aux prémices, mais le collectif Tricolor est sur les rails après sa première assemblée générale le 25 novembre dernier. Initié par la Fédération Nationale Ovine, il "rassemble éleveurs ovins, transformateurs industriels, acteurs de la création et de la distribution et territoires, et a pour ambition de relancer la production des laines en France", selon le dossier de presse.
L'idée est de "rassembler les acteurs de la filière (éleveurs, transformateurs, industriels, territoires et distributeurs) qui souhaitent s’engager et s’investir pour (re)développer une filière laine à haute valeur ajoutée en France". Les différents partenaires veulent "défendre une vision commune" en "signant collectivement la charte qui détaille 6 engagements fondateurs et des grands principes d’application par typologie d’acteur". Et ensemble, ils vont déployer un "programme collaboratif qui engage tous les acteurs de la filière afin de garantir la traçabilité, améliorer la qualité et accroître l’usage des laines françaises tout en faisant la promotion des métiers et des savoir-faire de chaque maillon de la filière".
Attractivité, proximité, traçabilité, équité, qualité, responsabilité, sont les 6 engagements auxquels le collectif adhère pour créer une "filière durable", et accroître, d'ici 2024, de 4 à 24 % la part de laine produite et transformée en France.

Une charge pour les éleveurs

Considérée comme un sous produit de la production ovine, la laine est devenue depuis quelques années une charge pour les éleveurs. Pire, l'effondrement du marché en 2019 et 2020, a mis un frein à sa commercialisation. La laine européenne de 2019 est restée en stock chez les négociants. Dans certains départements, la FDO qui organisait chaque année une collecte, a renoncé cet été ; le prix annoncé était de 10 cts le kilo. "Inacceptable", pour les éleveurs et pour les FDO.
Jérémy Convers de la FDO  Haute-Loire explique : "La Chine, très gros importateur de laine, a fermé ses frontières, pour n'acheter que de faibles quantités, de la laine de haute qualité et à des prix très bas. En France, de multiples initiatives locales permettent de valoriser des laines mais en petites quantités, comme en Haute-Loire avec les Ateliers de la Bruyère à Saugues, ou l'entreprise Seraphita à La Chomette".
Cette situation, qui perdure depuis quelques années, a alerté la profession et la FNO s'est penchée sur la problématique. C'est ainsi qu'est née l'idée de rechercher une solution pour les laines de France, avec la création d'une filière française.

5 300 tonnes de laines en France

La filière lainière en France est riche de 6,7 millions de moutons élevés par des professionnels, et issus de 58 races de moutons réparties sur l’ensemble du territoire. 5 300 tonnes de laine française soit 80% de la production totale sont exportées en suint chaque année.
Biodégradable, résistante, isolante, thermorégulatrice et insonorisante, hypoallergénique et antibactérienne, résistante au feu (norme M3), hydrophobe, antistatique, peu salissante et facile à entretenir...  la laine présente une multitude de qualités pour une multitude de finalités. C'est "l’une des dernières matières premières naturelles que l’on puisse encore produire et transformer grâce aux savoir-faire des entreprises présentes sur le territoire", comme le souligne le collectif dans son dossier de presse. "Une matière noble et écoresponsable qui relie les mondes de l’élevage, de l’industrie textile et de la création internationale avec un grand potentiel de création d’emplois locaux".

Collectif en cours de construction

Depuis 2018, le programme Tricolor sensibilise les secteurs de la mode, de la décoration et du design aux caractéristiques des laines françaises et encourage leur mise sur le marché.
Le collectif, en cours de création, est actuellement à la recherche de partenaires. Outre des syndicats comme la FNO, Tricolor compte à ce jour des entreprises du secteur textile, dont LVMH, Deloitte, ou Saint-James ainsi que des institutions dont le Mobilier National.
Par ailleurs, le collectif s'attache à répertorier l'ensemble des laines produites en France et à les tester afin d'en définir la finalité. En effet, les différentes laines présentes des caractéristiques diverses qui les orientent vers l'industrie de la mode, du tissus d'ameublement, du matelas… des produits qui correspondent aux savoir-faire des entreprises présentes sur le territoire. Dans le cadre de ce programme, la Haute-Loire, comme d'autres secteurs, s'est portée volontaire pour faire des tests sur de la laine de Blanches du Massif Central. Une tonne de laine issue de trois élevages représentatifs du département de Haute-Loire, va être triée et lavée à Saugues, puis cardée et filée dans le cadre de cette phase de test. Cette  dernière permettra de mieux orienter et donc valoriser les laines françaises.
Le projet du collectif Tricolor est en marche, et la phase de développement du label devrait débuter à partir de 2022.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole