Aller au contenu principal

Aviculture
Tout en investissant sur le Label, l’Auvergne doit moderniser ses bâtiments avicoles

L’Association Auvergne Développement Aviculture a montré lors de son assemblée générale que l’aviculture régionale se positionne résolument sur des Signes d’Identification de Qualité et d’Origine (Siqo*)

Jacky Force, affirme : " le prix à la consommation des volailles reste stable : ce n’est pas normal, et nous demandons que ce prix augmente, lui aussi."

Dans un contexte français contrasté, l'Auvergne est assez bien positionnée. L'Association Auvergne Développement Aviculture (AADA) et la Confédération Française de l'Aviculture (CFA) invitent cependant à rechercher plus de compétitivité pour le secteur.

La production française a chuté de 2,5 % en 2009
En 2009 la consommation a repris des couleurs : + 2,2 % dans les achats des ménages. La volaille, concurrente du porc, reste une viande bon marché. Les disparités sont importantes entre espèces (poulet +5,8 %. dinde -5,9 %) et types de produits (produits élaborés et pièces entières, découpe).
La production française a baissé de 2,5 % : une tendance à la baisse qui existe depuis 10 ans sur toutes les espèces sauf le poulet. A l'export, les volumes de volailles ont baissé encore une fois tandis que les importations ont augmenté : en 15 ans, la balance commerciale de ce produit a chuté de 74 % (valeur et volume). Suite à la baisse des cours des matières premières en 2008 et aux répercussions sur le prix des aliments, les marges de la filière sont redevenues cohérentes en 2009. Quant aux prix à la consommation, ils ont baissé (-1,4 %) après 2 années de forte hausse.
En tonnages volailles de chair, la production se caractérise par un fort pourcentage de volailles sous Label (39 %). La production bio se développe (3 %). Y compris pour le poulet standard, la production se fait sous cahier des charges imposé par l'acheteur.
L'Auvergne, elle, a gagné des parts de marché. Sa production représente 47.122 tonnes en vif.

80 % des ateliers volaille auvergnats sous Signe de qualité
L'Auvergne, elle, a continué sa progression en produits sous Siqo, et a gagné des parts de marché. Sur les 876 ateliers volailles qu'elle compte (volailles de chair et œufs- hors canard PGA), 4 sur 5 sont en Signe Officiel de Qualité. De même, depuis trois ans, on assiste à l'émergence d'une filière œufs sous Siqo.

 

Les aides du Pmbe** élargi pour 54 éleveurs
54 demandes de création et rénovation d'ateliers ont été acceptées : les aides du Conseil régional se sont élevées à 975.148€ pour l'année 2009, avec un taux d'aide moyen de 17 %. L'Aada fait remarquer qu'il existe une nette reprise des créations d'ateliers : volailles Label ou bio, mais aussi œufs sous Siqo, canard, et volaille standard. La rénovation du parc des bâtiments se confirme en 2009 : environ 25 bâtiments / an depuis 5 ans.
Le coût d'un bâtiment avicole a augmenté : +9.3 % en un an, soit 79.000 € pour un bâtiment label de 400 m2.

127 éleveurs ont profité d'un conseil modernisation ou sanitaire
Ces appuis techniques financés par l'Office de l'Elevage portaient sur la charte sanitaire et la modernisation/ création d'un atelier. Ils sont dispensés par les techniciens des entreprises amont/ aval des éleveurs. Le montant de l'aide versée par l'Office de l'Elevage s'élève à 28 050 €.
Outre la gestion des dossiers Pmbe, l'Aada s'est investie dans la création d'un référentiel technico- économique des ateliers, ainsi que dans la gestion de la charte sanitaire interprofessionnelle. Elle dirige également une étude « produits élaborés ».
A l'issue de l'assemblée générale, Christian Manarov, directeur de la confédération française de l'aviculture, a présenté un exposé portant sur « les grands défis de la filière avicole ».

*Siqo : Signes d'Identification de Qualité et d'Origine (Indication Géographique Protégée, Label Rouge, Agriculture Biologique, etc.)
**Pmbe : Plan de Modernisation des Bâtiments d'Elevage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole