Aller au contenu principal

Interview
Terroir 2008, une décennie de communication

La 9ème édition de Terroir ouvre ses portes du 25 au 26 janvier. “Une nouvelle occasion d’échanger avec le public”explique Michèle Delsuc, membre du Comité de pilotage Terroir.

Un rendez-vous qui permet aux agriculteurs d'expliquer leur métier
Les 25 et 26 janvier prochains aura lieu la 9ème édition de Terroir. Qu'est-ce qui motive les agriculteurs d'Issoire à se mobiliser, chaque année, depuis près de 10 ans dans le cadre de la Foire de la Ste Paule ?
Peut-être parce que nous sommes têtus ! En fait, nous voulons simplement montrer à nos concitoyens que l'agriculture fait partie de la société. Que les agriculteurs sont une catégorie sociale professionnelle comme les autres, qui a le droit d'évoluer dans sa manière de vivre et dans ses méthodes de travail. Notre métier fait très souvent l'objet d'attaques sur cette question alors que d'autres activités économiques ont le droit d'être modernes et productives. Pourquoi pas nous ? C'est pour casser cette idée reçue que nous nous attachons chaque année à présenter notre métier tel qu'il est aujourd'hui avec ses objectifs et ses contraintes, avec ses nouveautés et ses savoir-faire.

Quel thème avez-vous choisi d'aborder cette fois-ci ?
« Les agriculteurs innovent pour produire plus et mieux » c'est le fil conducteur de Terroir 2008. Quatre pôles serviront de support de présentation et d'échanges avec le public. C'est à travers eux que nous soulignerons l'engagement de la profession dans la production de produits sains, respectueux de l'environnement.
Le pôle sol et climat montrera que la terre et le temps sont les premiers outils de l'agriculteur. Des outils qu'il entretient via des méthodes de travail du sol et de soins qu'il apporte. Nourrir, abreuver et soigner la terre et les plantes : voilà l'essence même du métier que nous devons rappeler.
Sur le pôle végétal, nous présenterons les nouveaux outils mis en place pour travailler et suivre les cultures. Face à une réglementation sur les produits phytosanitaires de plus en plus contraignante, il est important d'expliquer que les agriculteurs n'utilisent que des produits homologués et à dose adaptée. Nous ne sommes pas des jardiniers mais des professionnels qui gèrent et maîtrisent l'utilisation des intrants avec, toujours à l'esprit, le souci de nourrir, abreuver et soigner les cultures.
Idem sur le pôle animal où nous nous attacherons à présenter les techniques modernes d'élevage liées à la surveillance du troupeau et aux analyses qualitatives du lait et de la viande. Enfin, sur le pôle économie, nous engagerons le débat avec le public sur « comment produire mieux et plus ». L'objectif étant de démontrer que face à l'augmentation de la population mondiale et des besoins alimentaires, les agriculteurs doivent produire plus tout en préservant l'environnement. Un exercice qui malheureusement n'est pas toujours bien compris par le public.


Justement, comment est perçue votre action à Issoire et quel accueil recevez-vous du public ?
Les gens sont plutôt satisfaits de la manière dont nous leur présentons l'agriculture. Ils nous disent avoir l'impression d'être mal ou pas suffisamment informés par les médias. Auprès de Terroir, ils trouvent des réponses à leurs questions, ils se forgent une opinion et apprécient surtout d'avoir en face d'eux des professionnels qui expliquent leur métier. En dix ans de présence à Issoire, nous avons pu mesurer l'intérêt que représente une action comme Terroir pour essayer de se faire comprendre.

Pensez-vous que le monde agricole communique suffisamment sur ses métiers, notamment sur celui d'agriculteur ?
On peut toujours faire mieux en matière de communication. Ceci étant, pour communiquer il faut la volonté des Hommes et la volonté financière ! Aujourd'hui, tout le monde parle de communication mais personne ne veut payer ; or c'est un domaine qui demande des moyens financiers et de logistique importants.
Avec Terroir, nous avons innové en matière de communication. Ce n'est pas facile car c'est une opération qui demande du temps et des moyens. Nous avons la chance d'avoir une équipe d'agriculteurs motivés par la démarche et soutenue par différents partenaires, tous convaincus de l'importance d'agir en matière de communication, et d'agir régulièrement chaque année jusqu'à ce que Terroir devienne un rendez-vous incontournable de la foire de la Ste Paule. Toute l'équipe remercie d'ailleurs ses partenaires agricoles mais aussi la ville d'Issoire, la communauté de communes et le maire, Pierre Pascallon, qui soutient la démarche Terroir depuis le début.

 

Rendez-vous à Issoire


Toute l'équipe de Terroir vous attend les 25 et 26 janvier à la Halle aux Grains d'Issoire.
- Vendredi 25 janvier :
14 h à 16 h : visite des collégiens et lycéens
18 h 30 : inauguration
- Samedi 26 janvier - Jour de la foire de la Ste Paule
Ouverture au public de 9 h à 17 h
« Les agriculteurs innovent pour produire plus et mieux»: découverte et échanges durant toute la journée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole