Aller au contenu principal

Interview
" Terre d’emplois 63, acteur du renouvellement des générations "

Le 1er octobre dernier se déroulait l’assemblée générale constitutive de l’Association Terre d’Emplois 63. Explications avec Christophe Ferret, président du Service de Remplacement 63 et Chargé de mission dans ce projet.

Christophe Ferret, chargé de mission du projet Terre d’Emplois 63

Qui est à l’initiative de la création Terre d’Emplois 63 ?
Six structures se sont alliées pour bâtir cette association : la Chambre départementale d’agriculture, le Service de Remplacement du Puy-de-Dôme (SR 63), Agri emploi 63, FDCuma, Jeunes Agriculteurs et la Fnsea 63. Le 1er octobre dernier, l’ensemble de ces organisations ont posé les bases fondatrices de cette nouvelle association que nous avons appelée Terre d’Emplois 63 et à laquelle viendront se greffer plus tard d’autres partenaires.


Pourquoi cette initiative et dans quel but ?
Plusieurs raisons ont guidé la mise en place de terre d’Emplois 63 : trouver des solutions aux difficultés de recrutement de salariés formés, se connaître davantage entre structures pour mieux travailler ensemble et surtout, participer au renouvellement des générations. Pour cela l’association s’est assignée trois objectifs clairs : promouvoir les métiers de l’agriculture, communiquer sur le salariat agricole ; former des salariés collectivement afin de limiter les coûts et avoir un seul interlocuteur auprès de nos partenaires ; et accompagner les exploitants employeurs dans leur mission de manager de main d’œuvre. L’objectif étant ici de les former à la gestion des salariés et à l’organisation du travail.


Recruter des salariés agricoles, est-ce une mission compliquée aujourd’hui ?
Oui, nous avons de plus en plus de mal à trouver de la main-d’œuvre.
Quand l’âge de l’installation était à 21 ans, nous avions davantage de jeunes qui optaient pour le salariat agricole en attendant de s’installer. Depuis que le seuil est descendu à 18 ans, ils s’installent directement après l’obtention de leur diplôme ; ils ne passent plus par la case " salarié " …
Par ailleurs, les fils et filles d’agriculteurs sont de moins en moins nombreux, et beaucoup d’entre eux se tournent vers d’autres horizons professionnels.
A contrario, de plus en plus de hors cadre familiaux caressent le projet de se réorienter professionnellement dans l’agriculture, mais ils n’ont aucun bagage ; d’autres en situation de réinsertion, sans formation, éloignés du monde du travail, envisagent aussi le salariat agricole pour se remettre le pied à l’étrier. Terre d’Emplois 63  accompagnera ces nouveaux profils en leur proposant des formations et en les guidant sur la voie du salariat.


Et cette voie peut aussi être un tremplin à l’installation ?
C’est même un outil au renouvellement des générations. Ceux qui sont loin du monde agricole et qui optent, un temps donné, pour le salariat agricole se construisent alors un réseau de connaissances et demain peuvent s’installer en tant qu’exploitants. Nous avons de nombreux exemples de ce type où des gens non issus du milieu agricole s’installent en Gaec ou en individuel sur des exploitations où ils ont été salariés. Quant on sait que 50% des agriculteurs du département ont plus de 50 ans, toutes les solutions sont bonnes à prendre pour organiser le partage du travail entre plusieurs structures et conforter ainsi des contrats à plein temps. Concrètement, demain des salariés d’Agri emploi63 pourront être partagés avec le SR63 et/ou la FDCuma.


Comment va fonctionner Terre d'Emplois 63 ?
C’est Alexandre Lefevre, salarié de la Chambre d’agriculture, qui est coordinateur de l'association. Et chacune des six structures constitutives mettra ses salariés à disposition de Terre d’Emplois 63, en fonction des compétences et des projets à mener. A terme un numéro de téléphone unique à destination des demandeurs d’emplois et des employeurs sera mis en place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Défilé de politiques en vue et débat de haut niveau sur l'élevage européen
A quelques mois de l'élection présidentielle, les candidats devraient se rendre en nombre au Sommet de l'Elevage, organisé du 5…
Compact, adaptable et performant, le prototype de compresseur à entraînement hydraulique de la société MAC3 a été testé par plusieurs agriculteurs dont les retours ont participé à sa conception et son amélioration.
Le premier compresseur agricole promet performance et adaptabilité
La société MAC3, spécialisée dans la conception et la fabrication de compresseurs de chantier, vient d'élaborer un compresseur…
Des éleveurs heureux de se retrouver pour mettre en avant leur travail.
Pari réussi pour le trentième Sommet de l’élevage
En accueillant 93 000 visiteurs durant quatre jours, le Sommet de l’élevage a fait le plein. Une fréquentation exceptionnelle qui…
Entretien sur le stand de la FRSEA avec les responsables professionnels.
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Aides PAC
Montants des aides PAC 2021

Les montants pour la campagne 2021, publiés en octobre 2021 par le ministère de l'Agriculture, sont les suivants :

L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole