Aller au contenu principal
Font Size

Système traditionnel
Système traditionnel : une culture qui se modernise

L’association Tradition Salers n’est pas en reste d’initiatives pour promouvoir, communiquer et améliorer la production de fromages « pur lait de salers ».

Guy Chambon (à gauche) aux côtés de François Marion, conseiller général, maire de Saint-Donat et Bruno Faure, directeur du Herd Book Salers.

«F aire de la tradition dans la modernité » c'est le leitmotiv des producteurs de l'association Tradition Salers réunis la semaine dernière à Saint-Donat en assemblée générale.

Du 100 % lait de salers

Depuis près de quinze ans, cette association redouble d'initiatives pour défendre le système de production fromagère tradition salers et développer la valorisation du lait. « En cette période de crise nous avons pu maintenir un prix correct via nos filières fromagères organisées » souligne le président Guy Chambon. Ces filières sont aujourd'hui au nombre de trois, engagées à collecter et transformer en fromages 100% lait de salers. La première à parier sur ce débouché a été la coopérative de Saint Bonnet de Salers qui, depuis 2000, fabrique un cantal au lait cru 100 % salers. En 2005, la Fromagerie des vaches salers à Riom-ès-Montagne s'engage à son tour sur un cantal «pur lait » salers, suivie de près par la laiterie Wächli et son fromage pur salers « Trésor des Volcans ». Deux ans plus tard, l'association Val'laitsalers voit le jour dans le Cantal. En lien avec l'ENIL d'Aurillac elle fabrique le « Fromage des Vaches Rouges », un fromage lui aussi 100% lait de salers. « Au total, avec les 16 fabricants fermiers (11 salers et 5 Saint nectaire), 80 % des producteurs de l'association tradition salers ont leur lait valorisé et transformé en fromages spécifiques » précise Guy Chambon. « Quand nous avons démarré en 1994, notre production était collectée par une dizaine de laiteries. Le lait était dispersé et donc non valorisé. Organiser des filières de collecte et de transformation fromagère était alors la seule solution pour maintenir un système traditionnel ».
Une reconnaissance
Aujourd'hui, cette production est reconnue et confirmée par une forte demande en zone touristique. « La région a besoin de nous, de l'image d'authenticité véhiculée par tradition salers ». Mais au-delà de cette image collée au terroir, les éleveurs de tradition salers revendiquent aussi la nécessité de travailler dans la modernité. « Notre objectif est d'évoluer sans perdre ses racines » indique le président Chambon. L'association mise aujourd'hui sur un système plus moderne à travers, par exemple la promotion de bâtiments en stabulation libre, en logettes, avec salle de traite aménagée. Elle est également partie prenante dans la commission génétique du rameau laitier pour la mise en conformité du livre salers. « Tout doit être fait pour améliorer la fonctionnalité, le confort de travail et inciter des jeunes à s'installer en système tradition salers» explique Guy Chambon. L'année 2010 sera un bon départ en la matière avec l'arrivée d'un jeune éleveur cantalien parmi les producteurs de tradition salers ; « une nouvelle porteuse d'avenir » se félicite le président.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Apprentissage, alternance, aide à l’embauche : le gouvernement incite les entreprises à employer des jeunes.
Apprentissage et emploi : des aides à l’embauche
Présenté en juin par le gouvernement, le plan « 1 jeune 1 solution » entend favoriser l’emploi des jeunes par l’intermédiaire de…
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole