Aller au contenu principal

Surveillance amplifiée dans les zones pilotes du Puy-de-Dôme

La lutte contre les rats taupiers se poursuit dans le Puy-de-Dôme. Pas de solution miracle pour le moment, mais des actions d’observation et de prévention portées par la FDGDON et financées par la DRAAF.

Sur une parcelle au lieu-dit Montcheneix à Rochefort-Montagne, Sandrine Laffont a fait une démonstration de pose du piège à campagnols Topcat en inox. Ce piège « efficace et facile à poser » selon la technicienne, fait partie de la boîte à outils proposée dans le cadre du contrat FMSE.

Dans le cadre d’une action financée par la DRAAF Auvergne Rhône-Alpes, la FDGDON 63 (Fédération départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) amplifie ses observations et sa surveillance des campagnols terrestres sur deux zones pilotes classées à risque : Vernines/ Aurières d’une part, et Rochefort-Montagne/Laqueuille/Perpezat d’autre part.

Agir en amont

Le 5 juillet dernier, rendez-vous était donc donné aux agriculteurs, aux piégeurs, aux élus* et partenaires de la FDGDON sur une parcelle à Rochefort-Montagne afin de présenter cette démarche de surveillance accrue. Objectif : maîtriser les populations de campagnols terrestres afin de minimiser leur impact sur les exploitations agricoles.

Sandrine Laffont, technicienne FDGDON explique : « sur ces deux secteurs pilotes classés à risque vis à vis du campagnol terrestre, la FDGDON mobilisera ses efforts de surveillance et de prévention tout en restant impliquée sur tout le département ». Concrètement, des prospections de terrain seront réalisées très régulièrement sur ces zones, à raison de 3 fois par an (printemps, été, automne), et une communication plus intense sera mise en place avec les acteurs concernés (agriculteurs, piégeurs, élus, services des collectivités, particuliers etc…). « Nous avons besoin de volontaires sur le terrain pour nous faire remonter des données, des informations et observations intéressantes sur la présence et l’évolution des campagnols. »

Cette démarche, prévue sur 3 ans, suppose donc une implication forte des acteurs situés sur le périmètre des zones pilotes. « La coordination et l’engagement collectif sont essentiels à la démarche » a indiqué Richard Randanne, vice-président de la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. « L’organisation sur le territoire est importante pour pouvoir agir en amont et non plus seulement lorsque les populations de campagnols sont en haute densité et que les moyens de lutte sont minimes. »

*Etaient présents : Tristan Riquelmele, sous-Préfet d’Issoire, Dominique Jarlier, maire de Rochefort-Montagne, Martine Bony, conseillère départementale.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Jacques Chazalet, président du Sommet, est optimiste quant au maintien de l’évènement en octobre prochain à la Grande Halle d’Auvergne.
Une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
La pullulation de campagnols reste un réel fléau sur certains secteurs.
Une aide d’urgence pour soutenir des agriculteurs victimes du rat taupier
Face à la présence incessante du rat taupier sur certains secteurs du département, le Conseil Régional Auvergne Rhône- Alpes a…
Aulx
L’industrie Rochias en pourparlers avec les agriculteurs
L'entreprise Rochias, spécialisée dans l'ail déshydraté, s'est récemment rapprochée de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme…
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme.
« Prendre à l'un pour donner à l'autre : une solution inacceptable »
Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA du Puy-de-Dôme, revient sur les principales annonces du plan stratégique national (PSN)…
Huit exploitations de Limagne Nord se sont équipées de sondes capacitives qui mesurent tous les 10 cm sur une profondeur totale de 60 cm, la quantité d'eau disponible pour les plantes.
Huit sondes capacitives installées en Limagne nord
La Cuma des Marais et des adhérents du CETA Val de Morge ont investi dans plusieurs sondes capacitives pour piloter au mieux leur…
« France, veux-tu encore de tes éleveurs allaitants ? »
Conjoncture, prix, travaux de filière mais aussi PAC 2023 et problématiques locales à l’ordre du jour de la section bovine du 7…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole