Aller au contenu principal

Sucrerie de Bourdon

Les réactions ont été nombreuses à l’annonce du projet de fermeture de la sucrerie de Bourdon.


La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) a demandé à Cristal Union de ne laisser « aucun agriculteur sur le bord de la route », regrettant « que la coopérative ait été conduite à prendre, dès la première crise post-quota, une décision qui ampute le potentiel français de production de sucre et risque de faire disparaître en Limagne un des plus anciens bassins betteraviers français représenté par 423 planteurs et 5 000 ha ».


Jean-Marc Boyer, sénateur du Puy-de-Dôme souligne dans un communiqué que le site de Bourdon « possède des atouts indéniables, de par sa situation géographique, son savoir-faire, sa viabilité économique ; aussi, les producteurs, les salariés, les collectivités locales, les élus de toutes sensibilités, les autorités de l’Etat, les ministres concernés (de l’agriculture, des finances) doivent travailler à trouver des solutions de pérennisation du site Bourdon. En tout cas, ce sera mon engagement de parlementaire au Sénat ».


Pour le député André Chassaigne, « cette décision a été prise au mépris de l'esprit du modèle coopératif agricole et agroalimentaire, sans concertation des producteurs betteraviers coopérateurs (…). Une telle atteinte à la filière betteravière, en France comme en Limagne, appelle des réponses à la hauteur de la part des pouvoirs publics. »


Dans un communiqué, la région Auvergne-Rhône-Alpes indique vouloir « aider la filière selon des modalités qui restent à définir, à s’organiser à travers une aide d’urgence, un soutien à l’investissement via les Fonds européens et une aide sur la Recherche ». La Région souligne qu’elle ne laissera pas tomber la plus ancienne sucrerie de France. « Sa disparition mettrait en péril l’équilibre d’une filière qui s’étend dans le Puy-de-Dôme et l’Allier déjà impactée par les aléas et les maladies. Seule sucrerie située au Sud de la Loire et dont la moitié de la production fournit notre région, Bourdon illustre également, la production de proximité chère à Auvergne-Rhône-Alpes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole