Aller au contenu principal

Sommet de l'élevage : Rendez-vous du 4 au 6 octobre

Pour sa vingt-sixième édition, le Sommet de l'élevage promet du spectacle avec des concours bovins, ovins et équins de haute-volée, des rendez-vous d'affaires ambitieux, des rencontres internationales de premier plan, le tout orchestré par des éleveurs passionnés.

Le Sommet de l'élevage espère accueillir 88.000 visiteurs en 2017.

Evènement professionnel incontournable du monde de l'élevage, le Sommet reviendra pour une nouvelle édition début octobre. Une édition qui réaffirme sa professionnalisation et son internationalisation, comme l'explique son président, Jacques Chazalet : « Nous accueillerons de nombreuses délégations étrangères. Nous avons des habitués, mais aussi de nouvelles délégations conséquentes venues de Cuba, de la République islamique d'Iran, et de Chine. La levée de l'embargo chinois sur la viande française ouvre des opportunités. Par nos visites d'élevage et d'outils agroindustriels, nous souhaitons contribuer à faire agréer les outils d'abattage du Massif central par les chinois ». Parmi les 1.450 exposants du prochain Sommet de l'élevage, 19% seront étrangers. Si la plupart des sociétés viennent d'Europe, la manifestation recevra, pour la première fois, des exposants australiens, américains, cubains et iraniens. Venus de quatre-vingt pays, les quelques 4.000 visiteurs internationaux devraient être nombreux à sillonner les allées du salon. Profil de ces visiteurs : « un éleveur allaitant très branché génétique », résume Benoît Delaloy, chargé des relations internationales.

Limousines au Zénith

Encore une fois, le rendez-vous européen des races allaitantes ambitionne de donner à voir au monde entier, le nec plus ultra de l'élevage français en matière de races, de génétiques, de savoir-faire d'éleveurs. « Nous savons tous les difficultés que traversent le monde de l'élevage. Dans une société où la hiérarchie des valeurs place l'économie au premier plan, nous savons que pour les éleveurs il y aussi la passion, celle de maintenir ses troupeaux, ses lignées qui produisent d'années en années, de générations en générations, des champions et des championnes », estime le président du Sommet. 2 .000 animaux seront présents. Parmi eux, 750 bovins viande, dont 400 limousines qui disputeront leur concours national. Un rendez-vous très attendu par les quelques 250 éleveurs venus d'une trentaine de départements car comme le rappelle Emilien Rouet, directeur de la communication de France Limousin Sélection : « En 2015, en raison de la FCO, les éleveurs ont été privés de leur concours national au Sommet ». Les plus belles limousines se rassembleront dans l'écrin prestigieux du Zénith. L'occasion de vanter les qualités maternelles et bouchères d'une race dont les effectifs ne cessent de progresser pour atteindre et même dépassé le million de têtes depuis 2013. Toujours côté bovins, le Sommet accueillera, pour la première fois, le concours de deux races internationales : la blanc bleu belge et la hereford. Quant aux ovins, les races charollaise et ile de France seront mises à l'honneur avec leurs concours interrégionaux.

Un écrin de verdure convoité

En matière de bovins lait, le Sommet confirme son statut d'évènement d'envergure en recevant notamment le concours interrégional de la montbéliarde, race qui devrait organisée son national au Sommet en 2022. « Les éleveurs de races laitières de montagne, des zones agro climatiques difficiles considèrent le Sommet de l'élevage comme leur évènement phare de l'année », se félicite Fabrice Berthon, commissaire général du salon. Ils y trouvent évidemment un plateau d'exposition inégalé et « une offre génétique exceptionnelle ». Plus globalement, Jacques Chazalet estime que le Sommet de l'élevage constitue la vitrine d'un mode de production au diapason des attentes sociétales. « Le Massif central, cet écrin de verdure de plus en plus convoité où autonomie et culture de l'herbe ne sont pas des vains mots, existe grâce au travail des éleveurs ». N'en déplaisent aux extrémistes vegans, à qui « il faudra certainement expliquer qu'on peut passer de l'animal à la viande sans être des barbares ». Ce type de messages et bien d'autres, seront évidemment distillés tout au long du Sommet de l'élevage, y compris aux décideurs qui gravitent au plus haut sommet de l'Etat. Les organisateurs ont en effet convié le Président de la République, le ministre de l'agriculture, mais aussi le ministre de la transition écologique et solidaire ainsi que le ministre du commerce extérieur à participer à la vingt-sixième édition.

65 millions d'euros de retombées économiques

La fédération nationale des salons en collaboration avec la CCI de Paris a mis au point un simulateur pour mesurer l'impact économique des salons. Le Sommet de l'élevage fait partie de la cinquantaine de salons français qui ont été passés au crible. Autour du salon auvergnat, c'est ainsi plus de 65 millions d'euros d'activités qui sont générés. Un chiffre qui n'inclut pas les 5 millions d'euros nécessaires à l'organisation d'un évènement de cet envergure. L'hébergement, la restauration et les transports représentent à eux seuls 10 millions d'euros. Autant dire que les retombées économiques dépassent largement le secteur de l'élevage. « Un peu plus de 40.000 euros de taxe de séjour sont générées grâce au Sommet », souligne Fabrice Berthon. Cette manne financière apportée aux collectivités, le Commissaire général souhaiterait en faire un argument de négociation. Autrement dit, les organisateurs militent, depuis plusieurs années, pour la mise en place de transports collectifs vers le site, histoire de désengorger les parkings et de fluidifier la circulation. Par ailleurs, pour accroître la capacité d'exposition, le salon étant chaque année contraint de refuser des exposants, la construction d'une seconde halle est toujours d'actualité. Si la volonté politique a été réaffirmée l'an dernier par le président du Conseil régional, collectivité propriétaire du site, il reste à la concrétiser. Le coût de l'investissement est évalué à 20 millions d'euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole