Aller au contenu principal

Sommes-nous autant considérés secteur prioritaire que l'on veut bien le dire ?

L'agriculture finalement oubliée des plans d'accompagnement ?

David Chauve, président de la FNSEA Puy-de-Dôme

Que l'on parle d'adaptation de notre modèle agricole ou de notre système agricole ok. Mais je ne supporte plus d'entendre parler de remise à plat totale comme beaucoup le suggèrent. La forte baisse de pollution observée ces dernières semaines n'est pas liée à une transition agricole ! Parlons aussi de nos détracteurs qui ont repris de la voix il y a quelques semaines alors que curieusement au plus fort de la crise, ils étaient silencieux ! Des annonces, des promesses ont été faites par le président Macron lors de ses interventions. Maintenant mettons-nous d'accord sur les termes employés car je crains que nous n'ayons pas la même définition...

Pas d'arrêt d'activité certes, mais des impacts lourds à moyen terme notamment sur les prix pratiqués dans de nombreuses filières. La profession dans son ensemble doit maintenant prendre conscience qu'un combat s'engage ! Des choix stratégiques se dessinent au sommet de l'état, avec certainement des priorités à établir. En ferons-nous partie ? Il me semble que nous allons devoir compter uniquement sur nous-mêmes, jouer fortement des coudes et faire corps ensemble ! Le discours semblait pouvoir remettre l'église au centre du village, mais il risque finalement de se transformer en coup d'accélérateur vers la décroissance, souhaitée par certains. Certes, la transition est nécessaire, mais soyons lucides sur ses effets réels : pertes de valeur économique, d'emplois, importations voire dégradation de notre alimentation ne doivent pas faire partie des résultats obtenus. Des vérités sont à rétablir, des évidences sont à défendre avec la plus grande fermeté. A l'heure où tout le monde veut sa part du gâteau, faisons-en sorte, à nouveau, de compter sur nous et nos convictions...

Il est temps pour l'état de jouer franc jeu et de prendre sérieusement en compte la fragilité économique du secteur agricole d'avant contexte Covid pour donner la bonne feuille de route indispensable à une agriculture forte et stratégique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole