Aller au contenu principal

Sodiaal recherche producteurs lait bio

Sodiaal Union projette de développer sa production laitière Bio, y compris dans le Massif central où les besoins devraient atteindre 32 millions de litres à l’horizon 2020

Une vingtaine de producteurs laitiers ont répondu à l’invitation de Sodiaal Union à Rochefort-Montagne.

Dans un contexte de marché porteur pour les produits laitiers biologiques, la coopérative Sodiaal Union projette d’augmenter ses ressources en lait de collecte biologique d’environ 100 millions de litres de lait à l’horizon 2020.

 

Des débouchés

La région Sodiaal Union Massif Central est directement concernée par ce développement. La coopérative y collecte déjà 11 ML de lait bio auprès de 57 producteurs et projette d’atteindre 32 ML à l’horizon 2020.Cela permettrait ainsi à la coopérative d’atteindre un niveau de collecte total de l’ordre de 150 millions de litres, dont 50 millions en achat auprès de laiteries partenaires. « Cette opération a pour but d’accompagner deux projets de transformation majeurs : le premier en France et en Europe, avec le développement des volumes de lait de consommation bio sur le marché domestique au travers de Candia ; le second à l’international et plus particulièrement en direction de la Chine, à travers le développement des volumes en laits infantiles bio, dans le cadre d’un projet porté par Nutribio sur le site de Montauban (Tarn et Garonne) et engageant durablement des clients internationaux» explique Lylian Bellanger, Responsable Relation Producteurs chez Sodiaal Union. Au sein du marché très compétitif du lait longue conservation, le segment du bio est en effet l’un des plus dynamiques et connait une croissance significative en volume et en valeur.

 

Inciter la production bio

C’est pourquoi Sodiaal Union recherche des sociétaires qui souhaiteraient se convertir à l’agriculture biologique et profiter des opportunités offertes par ces deux débouchés. Elle le fait savoir à travers des journées d’information et d’échanges organisées sur différents secteurs de production. A l’image de celle de vendredi dernier, sur l’exploitation bio du lycée agricole de Rochefort-Montagne. Une vingtaine de producteurs laitiers du secteur est ainsi venue s’informer sur le projet et les perspectives de production en volume et en prix. « Les échanges étaient très intéressants, tournés surtout sur des questions techniques auxquelles ont répondu les conseillers des chambres d’agriculture départementale et régionale » précise Lylian Bellanger. Sodiaal Union Massif central souhaite en effet s’appuyer sur des partenaires régionaux pour l’accompagnement technique des producteurs désireux de se convertir. D’un point de vue financier, une prime de conversion sera versée pendant les deux années de transition. Une fois converti, le producteur bénéficiera d’un prix du lait Bio en adéquation avec le marché (En 2014, le montant de la prime Bio chez Sodiaal s’est élevé à 97 €/1 000 litres).

15 M€ d’investissement pour l’usine Nutribio de Montauban

L’usine Nutribio de Montauban bénéficie actuellement d’importants investissements pour permettre le développement de la production des poudres de laits infantiles Bio. Une technologie unique développée par Nutribio permettra d’obtenir du lait infantile Bio à partir de lait de collecte (et non plus de sérum d’origine fromagère, en pénurie). De plus, cette technologie génèrera des coproduits valorisables par les autres filiales du groupe (crème et retentât pour la fromagerie et les produits frais). Le site devrait être opérationnel à l’été 2016 et offrira une capacité totale de 6 000 tonnes de poudres de lait infantile Bio par an, qui seront valorisées grâce à des contrats long terme avec les partenaires de Nutribio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole