Aller au contenu principal

cuma 63
Sècheresse, paille manquante, paille coûteuse... Anticiper les solutions

Le climat de ces derniers mois laisse entrevoir un futur manque de paille. Désormais, il est possible de le combler en utilisant des plaquettes forestières pour la litière des animaux.

Chez François Dechelette les plaquettes forestières sont utilisées en complément de la paille.

Les conditions météorologiques du printemps, le déficit en eau qui s'accroit peuvent laisser craindre une récolte de céréales à la baisse et en corollaire un manque de paille qui aura, inévitablement comme conséquence, une raréfaction de l'approvisionnement et l'augmentation des cours. Pourtant, les animaux auront les mêmes besoins de litière cet hiver. Depuis maintenant trois années, un groupe composé de la coopérative Sicacelli dans le Lot, la Cuma de l'Or Noir en Haute-Vienne et la FDCuma du Puy-de-Dôme, appuyés par des financements du Comité de Massif a développé une étude sur l'uti-lisation des plaquettes forestières en litière.

L'expérience montre que les plaquettes issues du broyage ou du déchiquetage du bois peuvent remplacer efficacement un paillage traditionnel. Ces produits se trouvent assez facilement dans les secteurs boisés ou lors de l'entretien de haies. Les broyas de déchets verts majoritairement ligneux et soigneusement préparés (absence de plastiques ou autres indésirables) sont également utilisables. Dans notre département, depuis quelques années, des éleveurs ont opté pour cette alternative et dispose aujour-d'hui de références d'utilisation.

Cet article est destiné à faire un point sur cette technique utilisée depuis longtemps en Belgique et dans l'Orne.

 

Le bois pour produire les plaquettes

Tout ce qui est entretien de la forêt, éclaircies, récupération de houppiers, arbres tordus sans valeur en bois d'œuvre, produit de la taille de haies, déchets verts en provenance de déchetteries contrôlées.

 

Produire des plaquettes

Le département du Puy de Dôme dispose d'une Cuma équipée d'une machine adaptée au broya-ge et met à disposition des agriculteurs et des forestiers un chantier complet : tracteur, chauffeur et broyeur. Par ailleurs des entreprises de travaux agricoles ou forestiers sont présentes sur le territoire.

La Cuma des Deux Rochers, agréée sur le département, intervient pour un coût horaire de 140 euros, frais d'approche compris. Le rendement varie de 25 à 50 mètres cubes à l'heure selon le degré d'organisation du chantier. La Cuma se déplace selon un programme déterminé en fonction des demandes, afin de limiter les coûts des transferts.

Le produit final aura des caractéristiques physiques qui permettront une absorption optimale des bouses et des pissats. Les éléments seront cubiques 3x5x4 cm. Ils auront été stockés quelques semaines afin d'évacuer l'eau qui rentre dans leur composition afin d'approcher les 50 à 60 % de matière sèche.

 

Utiliser ces produits

Selon le type de logement des animaux les plaquettes peuvent avoir différentes fonctions.

Stabulation à logettes : les plaquettes seront réparties dans le couloir d'exercice sur une épaisseur de 15 à 20 cm. Le produit sera évacué après trois semaines. Disposé en andain il sera composté et épandu.

Aire paillée : deux possibilités

- paillage exclusif avec les plaquettes, une couche de départ de 50 à 70 cm qui sera ensuite approvisionnée de la même façon que pour un paillage traditionnel. Lors de la vidange de la stabulation le produit sera mis en andain et pourra être composté. Les plaquettes se transforme de même façon qu'une paille.

- sous couche de plaquettes et paillage traditionnel. Une couche de 40 à 50 cm sera disposée avant la rentrée des animaux. Puis on procédera au paillage en limitant la quantité quotidienne à 2 ou 3 kg par animal. Après quelques semaines, une zone imperméable peut se former à 15 cm de profondeur. Un passage d'outil à dents peut éclater cette couche et permettre de prolonger l'utilisation de la plaquette.

Pour plus de renseignements : FDCuma 63 04.73.44.45.20.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole