Aller au contenu principal

FRSEA Massif central
Sécheresse : c’est pire que grave !

Face à la vague de sécheresse dont l’ampleur grandit et la gravité s’accentue chaque jour sans pluie, les responsables professionnels du Massif central appellent à des mesures rapides et solides.

D’un département à l’autre, les dégâts ne sont pas les mêmes, mais à l’heure ac-tuelle, l’ensemble du Massif central pâtit d’un manque criant de précipitations. Par endroit, il n’a pas plu sérieusement depuis le début du mois de mars, de quoi mettre un sérieux coup de frein aux récoltes de fourrages, et de contraindre les éleveurs a nourrir d’ores et déjà leurs animaux avec autre chose que de l’herbe. Du côté des productions végétales, les premières moissons devraient intervenir d’ici trois semaines, et les rendements ne seront bien évidemment pas au rendez-vous, loin de là…

Dans les départements, la mobilisation a débuté déjà depuis plusieurs semaines pour organiser collectivement via les FD/UD des commandes de paille. Les responsables professionnels de la Frsea Massif central, réunis en conseil d’administration lundi dernier, ont pris acte des mesures revendiquées au niveau national, en matière notamment d’incitation au non broyage de la paille et de développement de retenues colinaires(1).

 

Agir vite

Il n’en demeure pas moins qu’au regard de la gravité de la situation, la Frsea Massif central estime que d’autres mesures solides doivent rapidement être mises en œuvre. 2011 ressemble certes à 1976 ou encore à 2003, avec toutefois une différence de taille : avec ou sans la sécheresse les agriculteurs, en particulier les éleveurs, sont déjà en crise depuis au moins quatre années. De quoi donner à cet épisode climatique des conséquences désastreuses. Dans ce cadre, la Frsea plaide pour la mise en œuvre de mesures de stockage de viande au niveau européen, face à l’afflux de bêtes sur les marchés. Les éleveurs ne pourront garder très longtemps sur leur exploitation, un nombre important d’animaux faute de nourriture suffisante. A situation exceptionnelle, mesures dérogatoires exceptionnelles, c’est pourquoi ils demandent que soient allégées les contraintes de retournement des prairies, pour pouvoir mettre en place rapidement des cultures de dérobés. Le Massif central, par sa situation géographique, fait les frais de coûts de transports toujours plus élevés, l’éloignement ne doit plus constituer un frein supplémentaire, dans ce cadre la Frsea Massif central réclame la levée des contraintes liées au temps de transports. Enfin, les trésoreries étant aujourd’hui au plus mal, le fonds de calamités agricoles doit être activé. Les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et l’ensemble des partenaires institutionnels des agriculteurs doivent, selon les syndicalistes, bien prendre la mesure du scénario qui est entrain de se jouer, au risque de voir disparaître un nombre croissant d’exploitations.

(1) Si on stockait, 3% de l’eau de pluie qui arrose annuellement la France, on parviendrait à combler les besoins en eau de l’agriculture. Aujourd’hui, on ne conserve qu’1% des précipitations annuelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Co-président du concours, Jean-Claude Faure est éleveur de charolaises au sein du GAEC des Deux villages et conseiller municipal de la commune.
Ce week-end a lieu le 35ème concours charolais de St-Gervais
La 35ème édition du concours interdépartemental charolais de Saint-Gervais d’Auvergne aura lieu les 5 et 6 novembre…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Bâtiment d'élevage
Visites de bâtiments : une étape cruciale
Les portes ouvertes bâtiments, organisées par l’EDE et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, auront lieu les 8, 9 et 18…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole