Aller au contenu principal

Pôle Emploi
Salarié d’exploitation, un métier qui a de la valeur

Etre salarié d’une exploitation agricole n’est pas toujours considéré comme un métier en tant que tel. Agri Emploi 63 et Agri Remplacement expliquent le contraire aux jeunes des lycées.

Christine Cognet, animatrice de Agri Emploi 63 et Daniel Robinet, animateur d’Agri Remplacement ont rencontré les étudiants Bac pro et 2ème année de BTS au lycée agricole St Joseph du Breuil-sur-Couze. Cet échange s’inscrit dans le cadre d’une démarche de sensibilisation et d’information des jeunes au métier de salarié d’exploitation. « Un métier qui n’est surtout pas marginal, expliquait Christine Cognet. Il faut sortir des clichés ! Etre salarié est un métier de compétences, qui s’adresse autant aux filles qu’aux garçons. Il répond aux exigences de la législation du travail avec les mêmes droits, aussi, il peut être un fabuleux tremplin avant une installation ». Pour Daniel Robinet, « c’est un métier pas tout à fait comme les autres qui fait appel à des compétences d’autonomie, d’efficacité, de sens des situations et des responsabilités».
Pour l’une et l’autre des structures, devenir salarié d’exploitation c’est possible, c’est même un métier qui a de l’avenir. Le recrutement est permanent car les agriculteurs ont de plus en plus de besoins soit de main-d’oeuvre complémentaire soit de remplacement en cas de maladie, maternité, paternité, congé ou mandat professionnel. La demande principale des exploitants s’adresse à une main d’oeuvre spécialisée et qualifiée. Le profil dominant pour Agri Emploi 63 est le salarié polyvalent à qui l’employeur peut déléguer la conduite d’engins, les réglages et le gros entretien et qui, parallèlement, a des aptitudes pour la conduite des troupeaux ; un domaine où il y a, semble-t-il, «une forte demande de la part des producteurs », précisait l’animatrice.
Cette opération « communication » auprès du lycée donne ainsi quelques repères aux élèves qui souhaitent entrer dans la vie active après leur formation mais ne pas s’installer si rapidement. Pour les personnes qui témoignaient dans un film « être salarié ou agent de remplacement est une première expérience qui permet de mettre en pratique ce qu’on apprend en théorie » c’est aussi l’occasion « d’avoir une certaine liberté et autonomie dans le métier (…) De rencontrer divers chefs d’exploitation, différentes conduites et de s’enrichir ainsi de multiples expériences ». Bref ! un choix professionnel et un choix de vie pour beaucoup d’entre eux.
Quid du Pôle Emploi ?

Le groupement d’employeurs Agri Emploi 63 et l’association Agri Remplacement sont associés au sein du Pôle Emploi du Puy de Dôme. Cette structure a été créée en 2006, en partenariat avec des organisations professionnelles agricoles (Chambre d’agriculture, JA, Udsea, Agfa, Msa, FDCuma). Elle a pour vocation d’organiser l’emploi au sein des exploitations agricoles du département en fonction des besoins recensés. Comme son nom l’indique, Agri Remplacement assure le remplacement des exploitants en cas de maladie, congé, maternité, paternité ou mandat professionnel. Agri Emploi 63 assure la gestion et l’organisation de l’emploi de main d’oeuvre complémentaire au service de ses adhérents.
Pour toute information , Pôle Emploi : 04.73.44.45.15
Léon Chaput
L’Agfa met son savoir-faire au service du Pôle Emploi

L'Agfa est partenaire du Pôle Emploi depuis sa création. Le centre de gestion souhaite ainsi apporter son savoir-faire à l'agriculture du département, explique son président Léon Chaput.
«Aujourd'hui l'emploi dans l'agriculture est un sujet de plus en plus présent. En effet les exploitations se développent, et les agriculteurs ont besoin de main-d'oeuvre. Les temps également ont changé : les exploitants veulent se libérer du temps pour eux-mêmes. Toutes ces raisons font qu'il est important aujourd'hui de pouvoir proposer des salariés fiables, pouvant assurer le remplacement d'un agriculteur sur son exploitation.»
Léon Chaput se félicite du partenariat de l'Agfa avec différents organismes du Puy-de-Dôme au sein de cette structure: «nous ne sommes pas de trop pour mener des actions cohérentes en ce domaine, et travailler ensemble dans un même objectif.» Le président de l'Agfa rappelle que le centre de gestion a mis à disposition Fabrice Perrin, son spécialiste des questions sociales. « Ce technicien apporte son savoir-faire, son expertise, c'est le correspondant pour toutes les interrogations concernant ce sujet. Car employer un salarié est complexe, il s'agit de ne pas se tromper notamment sur la législation en cours.» Ainsi l'agriculteur qui embauche un salarié via Pôle Emploi, sait que les démarches nécessaires concernant l'emploi de cette personne, ont été faites dans le strict respect des règles en vigueur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole