Aller au contenu principal

«Rien ne vient tout seul !»

David Chauve, Président FNSEA 63

La mobilisation a pris fin mercredi 13 juin. Quel bilan en tirez-vous ?

La mobilisation a été forte et constante sur notre région, où le réseau syndical a tenu jusqu’à 5 points de blocage. Nous pouvons être fiers de notre action qui a ainsi contribué à l’appui des négociations nationales. Je remercie d’ailleurs l’ensemble des agriculteurs qui se sont organisés pour participer car rien ne vient tout seul. Il ne faut pas toujours compter sur la mobilisation de son voisin. Chacun a son rôle à jouer !

 

Ce mouvement national a permis quelques avancées. Qu’en retenez-vous ?

Au vu du fonctionnement du gouvernement et de ses relations avec les corps intermédiaires en général, et avec la FNSEA et JA en particulier, obtenir une négociation et des engagements est déjà une victoire. C'est une réalité, il faut en avoir conscience. Concernant les avancées obtenues, nous ne nous faisions pas d’illusion : la bataille du prix et de sa construction dure sans interruption depuis 2015. Il s'agissait donc de maintenir la pression suite aux débats parlementaires de ces dernières semaines où les avancées sont fragiles car contre l'avis du gouvernement.

La première avancée tient à la prise de conscience de nos concitoyens du double discours du gouvernement qui prône la qualité des produits français et autorise dans le même temps l’importation de produits interdits. La reprise médiatique a permis de sensibiliser un large public. Notre message est bien passé : notre combat ne concerne pas que l’agriculture. Il concerne tout un chacun.

 

Les communiqués parlent de cette mobilisation comme d’une étape. Des suites sont-elles prévues ?

Ces trois jours d’action étaient une étape importante pour allier le consommateur sur l’enjeu des importations qui arrivent directement dans son assiette, et surtout pour rétablir un rapport de force avec le gouvernement dans le cadre de l'examen du projet de loi alimentation au Sénat cette semaine. Le gouvernement a pris des engagements, nous entendons désormais qu’il les tienne. Nous attendons aussi qu’il aille plus loin dans la défense de l'agriculture française partout vantée comme la plus propre du monde. Ce n’est pas en ouvrant nos frontières aux quatre vents sans conditions que nous y parviendrons !

Désormais, l'objectif est clair cet automne, faire inscrire dans la loi avec rigueur et précision le cadre concernant la construction des prix, l'encadrement des importations distorsives, les sur-transpositions de normes afin d'établir une feuille de route lisible et vitale pour l'avenir de la profession.

Nous devons rester très vigilants durant ces travaux et surtout très réactifs vis à vis de ce gouvernement bien plus préoccupé par sa communication que par de réelles ambitions pour son agriculture.

Des engagements écrits ont été pris, nous serons donc en droit de demander des comptes demain. Notre combat est légitime, la bataille continue !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole