Aller au contenu principal

«Rien à espérer de Coopal pour les producteurs»

Thierry Chirol, Administrateur FDPL et livreur à la Coopal

Les producteurs avaient manifesté les 9 et 10 novembre devant leur laiterie. Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots quelle est la situation des producteurs aujourd’hui ?

Malheureusement, la situation ne s’est pas améliorée…

Le prix du lait payé aux producteurs de Coopal sur l’année 2017 (307€/1000L) est très inférieur à celui payé aux producteurs des autres laiteries. Savencia avec qui Coopal a un accord sur la valorisation de la crème de ses producteurs a payé le lait 321€ ! Les écarts vont de 6 à 15€ pour des producteurs installés sur un même territoire. C’est une distorsion terrible ! Le manque à gagner est important pour les exploitations et c’est un signal très négatif pour les producteurs. Que les prix soient bas quand la conjoncture est mauvaise, ce n’est pas facile à vivre mais que les prix ne remontent pas quand la conjoncture s’améliore, c’est incompréhensible et ça nous interroge sur l’avenir de nos exploitations !

C’est pour dénoncer cette situation que nous nous sommes mobilisés en novembre dernier. Conscients que la Coopal a peu de marge de manœuvre par rapport à l’entreprise mère qu’est TerraLacta, nous avions levé le blocage de la laiterie après avoir obtenu un rendez-vous avec le Président de TerraLacta, mais…

 

Vous aviez donc rendez-vous le 7 décembre dernier avec Alain Lebret, président de Terra Lacta. Qu’est-il ressorti de cette rencontre ?

Nous avons effectivement rencontré le Président de TerraLacta. L’objectif était pour nous d’obtenir un retour sur le prix du lait, comme le Président de Coopal nous l’avait laissé entendre en novembre. L’attente était d’autant plus forte que le marché laitier connaît actuellement une amélioration. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que nous n’avons pas trouvé d’accord.

Il nous a expliqué que sur les 4 dernières années, le lait avait été payé plus cher aux producteurs de Coopal qu’à ceux de TerraLacta et qu’à ce titre, il n’était pas concevable de nous apporter un complément de prix sur la fin de l’année 2017.

Par ailleurs, nous sommes dubitatifs sur la stratégie de l’entreprise quant à la valorisation du lait (spécialisation en lait UHT sur le marché intérieur et international). Mais les producteurs, qui ne sont pas écoutés par les responsables de la coopérative, sont totalement dépossédés de toute influence sur cette stratégie.

Si nous avions déploré la nature des relations avec les responsables de Coopal en novembre, cela ne s’est pas arrangé. Il n’y a aucune écoute ni entente possible entre les responsables de la coopérative et les adhérents.

 

Quelles perspectives restent-ils aux producteurs dans ces conditions ?

La plupart des producteurs se demandent désormais comment sortir de la laiterie. Si sur le papier il paraît normal qu’un producteur puisse changer de laiterie, il en va différemment dans la pratique.

Une grande partie des producteurs sont situé en zone AOP et pourraient prétendre à une meilleure valorisation grâce aux dernières avancées sur la valorisation du lait AOP. Mais la laiterie ne produisant pas de fromage AOP, les producteurs n’en bénéficient pas. Ne serions-nous pas en droit de demander d’intégrer une entreprise qui produise de l’AOP si nous en respectons le cahier des charges ?

En attendant, le nombre de producteurs Coopal diminuent : certains changent de production, d’autres se convertissent en Bio et deviennent ainsi adhérent Sodiaal comme un accord entre les laiteries le permet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole