Aller au contenu principal

Chambre  d'agriculture
Rester prudents mais savoir saisir les quelques opportunités qui se dessinent

Avec du grain dans les silos ou du foin dans les étables, c’est dans un climat un peu plus serein que les élus se sont réunis en session, vendredi 19 novembre, pour voter le budget 2022 de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.

Magali Boulleau, directrice de la CDA63, David Chauve, président de la CDA63 et Guilhem Brun,nouveau DDT du Puy-de-Dôme

Cette session fut l’occasion d’accueillir Guilhem Brun, nouveau Directeur départemental des Territoires, en poste depuis cet été. Les élus n’ont pas manqué de l’interpeller sur l’ensemble des sujets d’actualités.

Eau, des signaux encourageants

L’eau, enjeu majeur pour l’agriculture départementale, reste au cœur des échanges des élus de la Chambre d’agriculture. Bien qu’il reste encore des difficultés, les signaux sont plutôt favorables, les lignes bougent tant au niveau national avec le Varenne agricole de l'eau et du changement climatique, qu’à l’échelle du bassin Loire-Bretagne où, comme l’a souligné le DDT, " on a un DREAL de bassin ouvert à nos projets, donc ça il faut s’en saisir collectivement et avancer. " La profession continue de se mobiliser pour une gestion globale et multi-usages de l’eau. " Il est grand temps que tout le monde se rende compte qu'il ne s’agit plus de laisser passer l'eau " souligne Sébastien Vidal, membre du bureau Chambre et vice-président de Limagrain, " 2021 illustre bien que l’eau est le facteur limitant sur la production agricole tant en Limagne qu'en zone d’élevage. "

Egalim 2

Les élus ont évidemment abordé le cycle inflationniste en cours, appelant à la prudence pour 2022 avec une hausse des charges qui pourra vite se faire ressentir dans les comptabilités des agriculteurs, d’autant plus " si nous n’avons pas de vraie réponse dans la prise en compte réelle des coûts de production" précise David Chauve. Le président reconnait des avancées avec l’entrée en vigueur d’Egalim 2 et un certain nombre de leviers à activer. Il appelle toutefois à la prudence " on ne va pas changer 30 ans d’habitudes commerciales du jour au lendemain " mais " on attend une responsabilité du côté des producteurs, car il faut se saisir de l’outil que représente cette loi, mais aussi du côté distribution. Il faut cranter les affaires dès les prochaines négociations pour envoyer un signe positif à la production. "

PAC 2023-2027

Après plus de 2 ans de négociations, le dossier PAC se solde avec un budget quasi stabilisé : baisse de 2% du 1er pilier et une stabilisation du 2nd pilier. David Chauve rappelle toutefois que " l’évolution des aides couplées nécessitera quelques anticipations de la part des éleveurs pour optimiser leurs systèmes. " Concernant la partie verdissement, les exploitations puydomoises devraient " retomber sur leurs pattes avec quelques modifications d’assolement à la marge ". En revanche, selon les premières simulations, près de 300 exploitations de Limagne n'atteindraient pas le niveau 1 de l’éco-régime. Un non-sens selon David Chauve qui attend une évolution : " on a fait un courrier au ministre de l’Agriculture signé de toutes nos organisations régionales pour faire en sorte que ces exploitations puissent rentrer dans ce 1er niveau. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole